Euthanasie : « Je pars la fleur au fusil »… Pour Alain Cocq, la fin de vie justifie les moyens

PORTRAIT Lourdement handicapé, Alain Cocq a décidé de se rendre en Suisse pour bénéficier d’un suicide assisté et milite pour l’aide active à mourir en France

— 

Alain Cocq
Alain Cocq — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Retourner à l’article