Attentat de la rue des Rosiers à Paris : La cour d'appel saisie d'un vice de forme après l'extradition d'un suspect

ENQUETE La signature de l’interprète manque sur « le document de notification des droits » du suspect lors de son placement en rétention judiciaire à son arrivée à l’aéroport Charles-de-Gaulle

— 

Le 9 août 1982,lors de l'attentat de la rue des Rosiers à Paris
Le 9 août 1982,lors de l'attentat de la rue des Rosiers à Paris — AFP

Retourner à l’article