Face à « un adversaire qui pourrit le combat », Tony Yoka s’impose aux points, mais avec maîtrise

BOXE L’Allemand Christian Hammer, truqueur et roublard, a poussé le Français à aller jusqu’au bout des dix rounds

— 

Tony Yoka tire la langue, mais pas en raison de la fatigue.
Tony Yoka tire la langue, mais pas en raison de la fatigue. — Loic VENANCE / AFP

Retourner à l’article