Deuil : « Si le numérique permet de laisser une trace pour les générations à suivre alors il est assez sain », estime Boris Cyrulnik

CONFERENCE Le psychiatre était l’un des invités principaux de la conférence « La mort, si on parlait ? »

— 

Boris Cyrulnik en 2019.
Boris Cyrulnik en 2019. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Retourner à l’article