Béthune : L’Etat « prêt à investir » pour sauver l’usine Bridgestone

SOUTIEN La ministre déléguée à l’Industrie évoque l’exemple italien où l’équipementier « est parti d’une production à faible valeur ajoutée (…) à des pneus plus complexes, plus chers »

— 
Des employés de Bridgestone manifestent devant l’entrée de l'usine de Béthune, le 17 septembre 2020.
Des employés de Bridgestone manifestent devant l’entrée de l'usine de Béthune, le 17 septembre 2020. — Michel Spingler/AP/SIPA

Retourner à l’article