Suicide d’une directrice d’école : Un an après la mort de Christine Renon, « rien n’a changé, c’est même pire »

MATERNELLE Dans une lettre écrite avant de se suicider, elle dénonçait la difficulté de son métier, un constat partagé par plusieurs collègues

— 

Hommage à Christine Renon, à Pantin le 3 octobre 2019.
Hommage à Christine Renon, à Pantin le 3 octobre 2019. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Retourner à l’article