En Corse, les autorités récusent toute « faillite » face aux violences

VIOLENCE Face à la multiplication des violences en Corse qui ont conduit des dirigeants nationalistes à accuser l’Etat de passivité et des citoyens à monter des collectifs antimafia, les autorités défendent leur action.

— 

Le débat sur la violence a repris de la vigueur sur l'île, notamment après l'assassinat sur une plage du militant indépendantiste Maxime Susini
Le débat sur la violence a repris de la vigueur sur l'île, notamment après l'assassinat sur une plage du militant indépendantiste Maxime Susini — Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

Retourner à l’article