Le fisc veut traquer les fraudeurs sur Facebook, Twitter et même Leboncoin, la Cnil s'inquiète

VIE PRIVEE La collecte de données par l’administration fiscale est « susceptible de porter atteinte à la liberté d’opinion et d’expression », alerte le gendarme français des données personnelles

— 

Illustration des icônes des réseaux sociaux sur un écran.
Illustration des icônes des réseaux sociaux sur un écran. — LomoStudioHamburg/ Pixabay

Retourner à l’article