Equateur : La dépénalisation partielle de l’avortement rejetée par le Parlement

DROITS DES FEMMES Aujourd’hui, une femme qui avorte risque entre six mois et deux ans de prison en Equateur

—