Nantes: «Faut-il attendre d'avoir un mort pour qu'on trouve une solution aux migrants?» s'agace le diocèse

MIGRANTS Plus de 350 réfugiés sont toujours entassés dans l'ancien gymnase Jeanne-Bernard à Saint-Herblain

—