La justice française ordonne la remise à la CPI d'une figure du football africain

CRIME CONTRE L'HUMANITE Patrice-Edouard Ngaïssona, interpellé à Paris le 12 décembre, est soupçonné d'avoir commis ou aidé à commettre des crimes de guerre et crimes contre l'humanité lorsqu’il était à la tête de milice antibalaka...

— 

Visé par un mandat d'arrêt de la CPI, Patrice-Edouard Ngaïssona est soupçonné d'avoir commis des crimes  contre l'humanité en République centraficaine entre septembre 2013 et décembre 2014.
Visé par un mandat d'arrêt de la CPI, Patrice-Edouard Ngaïssona est soupçonné d'avoir commis des crimes contre l'humanité en République centraficaine entre septembre 2013 et décembre 2014. — FADEL SENNA / AFP

Retourner à l’article