24 heures du Mans: vivre sa passion sans piloter

fans Lorsque l'on est amateur de sports auto, on ne pratique pas sa passion aussi facilement que si l'on aime le foot...

— 

Un spectateur lors de l'édition 2016 des 24 Heures du Mans.
Un spectateur lors de l'édition 2016 des 24 Heures du Mans. — Kamil Zihnioglu/AP/Sipa

Retourner à l’article