Parcoursup: Il n’y aurait plus que 3.000 lycéens sans affectation, d’après Vidal

EDUCATION La ministre de l’Enseignement supérieure se veut rassurante, même si 180.000 des 812.000 jeunes inscrits ont quitté la plateforme…

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • HeyBaal

    Le logiciel prédétermine l'orientation.
    En soit ce n'est pas un problème.
    Le problème, et c'était à prévoir, c'est que les établissement scolaires s'en lavent les mains.

  • Lilipat44

    zoulouFr vous dites n importe quoi parce que des jeunes avec mention b n ont pas eu d affectation

    • ZoulouFr

      Relisez mon commentaire plus bas au lieu de dire des inepties sur ce que j'ai dis. La mention Bien d'aujourd'hui serait une mention passable il y a 25 ans, les mentions actuelles ne veulent plus rien dire, on donne le bac à tout le monde, y a qu'à voir le nombre de mention Très bien, une rigolade quand on sait comment les commissions des examens lissent les notes pour avoir un max de reçus et quand on voit le niveau des épreuves de nos jours. Les profs de facs sont atterrés par le niveau des étudiants qui leur arrivent parfois en première année et qui ont pourtant des mentions au bac. Malheureusement à force de donner le bac à tout le monde en baissant le niveau et en distribuant des mentions comme des bonbons, la sélection s'est déplacé au niveau de l'entrée en fac et on voit le résultat avec aujourd'hui, trop de monde pour peut de places.

  • mon_pseudo-171702

    Une honte

  • Filou75

    C est comme la promesse de zéro sdf dans la rue !

  • BREIT

    3000 est un gros mensonges elle avait déjà menti sur les chiffres cet été, un autre média a fait le compte, c'est d'après eux plutôt 120 000

  • Madrid36

    que 3000 !!!! oui c'est sur c'est une paille !!!!

  • helyan

    bravo pour cette merveilleuse réforme qui devait être miraculeuse
    ça promet pour le prélèvement à la source

  • Nicololo

    Bin voilà , c’est l’heure d’aller aux boulot pour eux .

  • lainlain59

    3000 sans compter la tricherie elle avait le temps de le faire au lieu de se taper des gueuletons sur le compte de nos impôts

  • Passeiste

    180000 qui sont partis de la plate forme
    40000 qui sont inactifs
    3000 sans affectations
    Une réussite incontestable.

  • ZoulouFr

    812000 inscrits, 180000 ont quitté la plateforme, ça fait quand même plus de 22% et 40000 inactifs soit presque 5%, au total 27%, presque 1/3 des étudiants n'y a pas trouvé son compte, ce n'est pas vraiment normal pour une plateforme qui est censée inscrire les jeunes dans le supérieur, même si certains vont vers des écoles privées, ça reste un taux important.
    D'autres vous diront que 63% des inscrits ont accepté les propositions mais on ne dit pas quel est le taux d'acception par dépit de peur de ne pas avoir de place. A mon époque ce genre de système n'existait pas et tout le monde avait le droit de s'inscrire où il voulait (sauf pour les prépas et écoles sélectives sur dossiers) et de tenter sa chance, certains se découvraient dans le supérieur alors qu'ils n'excellaient pas au lycée. ça devient difficile de réaliser ses rêves de nos jours avec des "robots" partout ...
    D'un autre côté on donne le bac à tout le monde maintenant, quand je vois le niveau des épreuves et celles que j'avais il y a 25 ans y a un gouffre ... alors tout le monde veut faire des études et il n'y a plus de place pour tout le monde, la barrière a été juste déplacée, ce n'est plus le bac qui sélectionne, c'est l'entrée en fac.

    • chr78

      Le problème avec les chiffres c'est qu'on peut leur faire dire n'importe quoi. Pour quelle raison les 180000 ont quitté la plateforme ? abandon études supérieures , passages dans le privé ? etc. Et on peu dire la même chose pour les 40000 inactifs pourquoi ont-ils cessés de se connecter à la plateforme ?. Bref 63% c'est déjà pas mal, il faut maintenant faire un retour d'expérience afin d'améliorer le système pour l'année prochaine. Et oui je suis d'accord avec vous le bac n'est plus le mode de sélection pour accéder au études supérieures.

  • Gust80

    Si c'est la même réussite pour le prélèvement à la source, on va bien se marrer. C'est à souhaiter si ça peut provoquer le départ prématuré de macron et saclique.

    • Madrid36

      ho oui !!

  • lechiren

    Seulement 3.000 bacheliers encore en attente ? Bizarre tout de même. Hier encore certains médias indiquaient qu'il restait près de 89.000 étudiants sans affectation, et sans compter ceux qui se plaignent depuis plusieurs jours, sur les réseaux sociaux, d'avoir été éjectés de la plateforme Parcoursup du jour au lendemain et sans aucune raison.

  • TitiVietnam

    Ce qui est génial avec ce gouvernement 2.0 c'est la façon de comptabiliser les choses. On nous annonce que chaque année les français prennent 17 jours de "congés maladie" (hé oui sous Macron tu es arrêté (donc improductif) avec 39 de fièvre, sois heureux ce sont des congés). Comme ça semble excessif par rapport aux chiffres récemment publiés on nous explique qu'une nouvelle méthode de calcul fut utilisée , en creusant un peu on s'aperçoit que les journées de congés pour décès ont été comptabilisées...
    Et ici 180.000 se sont retirés de la plate-forme (ça fait presque un quart), et 40.000 (5%) sont dit inactifs, on n'essaye surtout pas de savoir pourquoi, tant mieux du coup il ne reste que 3000 à caser et la réforme est un brillant succès. Sauf pour les 30% pour qui ça n'a pas fonctionné...

  • AlbertDuJardin

    3000 !!! C'est quand-même le bazar, ceci était prévisible depuis des années. On se réveille seulement maintenant.

    • PLIBRE

      Et vous proposez quoi, à part multiplier les place en fac de staps, sociologie et autres, de constater que la moitié de ces places ne sont plus utilisées après un trimestre (premiers partiels) et que les principaux débouchés de ces formations sont le chômage ou des emplois de manutentionnaire à bac + 5?
      Il faudra finir par admettre une sélection à l'entrée des études supérieures, autre que par l'argent ou le tirage au sort.

Retourner à l’article