Prélèvement à la source: Des centaines de milliers d'erreurs lors de la phase d'essai

REFORME FISCALE Prélèvement à de multiples reprises d'une même personne, ou prélèvement par erreur à un homonyme: les tests se sont soldés par des centaines de milliers d’erreurs, révèle le « Parisien »…

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • MARANO

    Une majorité de français est favorable au prélèvement à la source ! Mais cette majorité comprend sans doute ceux, et ils sont nombreux, qui ne payent pas d'impôts sur le revenu.

  • zigomat

    Suffit de maîtriser l'informatique.

  • Voici

    Avant de parler impôt sur le revenu et de vouloir modifier quoi que ce soit, il faudrait que TOUS payent.

  • 642b

    c''est politique,on veut nous diriger vers un soit disant probleme technique pour attendre les election europeenne ou alors une incapacité des gouvernants

  • abygael

    nous sommes une majorité a vouloir le prélèvement mais voilà il est certain que ça marchera pas de suite et c'est ça qui fait peur car au final les entreprises auront des informations personnelles qui ne les concernent pas et l'état aura plein pouvoir sur nos revenus il y aura plus de barrière et ce sera impossible de demander de l'aide ou un aménagement .

  • Mic9126

    et la il n y a pas prescription pour nous ?dommage ça aurait été chacun sont tour , pas vrai monsieur le ministre des impôts

  • kolerick

    ce n'est pas forcément un problème de gouvernance...
    le pouvoir prend des décisions qui sont ensuite mise (ou pas) en application par la fonction publique...
    la mise en application dépend de la volonté et de la compétence de ceux qui appliquent ces décisions...
    dans le cas présent, il y a un problème à priori informatique...
    et à lire ce que sont les erreurs relevées, cela semble lié à une confusion dans l'identification des contribuables...
    une solution serait de procéder avec l'identification primaire par le n° de sécu...
    du moment que le contribuable est correctement associée à son n° de sécurité sociale, les erreurs devraient être limitées

  • max itonni

    nos gouvernants sont nuls

    • NewFox

      Oui, les nouveaux comme les anciens et les futurs... !

  • jeanpierredurand

    Monsieur le Ministre DARMANIN;
    J'ai entendu que si "Bercy" était prêt , ce sont les Français qui ne seraient pas prêts psychologiquement à la mise en place du prélèvement des impôts sur le revenu à la source.
    Pensez-vous que les Français étaient prêts psychologiquement à la suppression de l'ISF?
    Pensez- vous que les Français étaient prêts psychologiquement à l'abaissement de la vitesse à 80 Kms/h ?
    Pensez vous que les retraités Français étaient prêts psychologiquement à l'augmentation de 4.5 % de la CSG sur leurs pensions ?
    J'en passe et des "meilleurs"
    Je ne le pense pas mais cela n'a pas empêché le gouvernement de mettre en place toutes ces mesures...
    Alors Monsieur le Ministre DARMANIN , ne nous prenez pas pour des imbéciles...Un peu de pudeur SVP.

  • caustik

    Et pour cause, (entendu à la radio) que Mac Aaron avait un rattrapage pour son isf sous évaluation de sa maison du Touquet. Ah la première radio de France ne l'a pas répète.

  • JeanVallsjean

    La situation est cocasse car on voit bien que Macron aimerait ajourner cette réforme. Mais comme une majorité de français est pour, ce qui cette fois ne l'arrange pas, et qu'il vient de les traiter de gaulois qui refusent les réformes, il est bien embêté ...

  • keysersozhehe

    C'est de l'enfumage, jupiter a peur de la réaction des Français quand ils verront ce qu'il leur reste sur la feuille de paye, C'EST TOUT ....

  • Astianax

    Des infos qui n'en sont pas car il y aura toujours des problèmes dans des mises en phase de mise en place de système et c'est même ridicule d'avoir révélé cet aspect des choses Sauf dans le but de faire PEUR.
    Et c'est gagné car ils prennent tous peur pour rien en plus ! Ridicule!

    • JeanVallsjean

      Astianax, ça fait gaulois !

  • t64isane

    L’erreur c’est ce gouvernement de paltoquets

  • Didine883c

    Si le logiciel prélève 2 fois sur la même personne, le gestionnaire de paye le verra au pointage et fera la correction. Pas de quoi fouetter un chat. Certes, ça va être beaucoup de boulot pour eux en janvier. Mais je ne vois pas l'intérêt de reporter, voir de supprimer le PAS, pour quelques dysfonctionnements alors que toutes les entreprises ont fait le nécessaire depuis plusieurs mois.

  • taitedeudeux

    Depuis 2012, toutes les entreprises connaissent les évolutions comptables.
    Depuis le 1° janvier 2017 le document social permet de recevoir les données administratives.
    Les entreprises collectent déjà jusqu'à 40 impôts ou taxes, la première étant la TVA qui représente le double de l'IR.
    Il suffit de rajouter 2 lignes et d'intégrer leur récupération et leur calcul dans les progiciels actuels qui comportent des milliers de lignes et qui sont préparés à cela depuis des dizaines d'années.
    Et on veut nous faire croire que rien n'est prêt, alors que le problème est dans la grève du zèle, spécialité bien connue, mais mal reconnue.

  • CharlyD

    Il suffit d'entériner la réforme concernant la fin du changement d'heure, il y a moins de bugs à craindre :D !

    • pomlnb

      N'en soyez pas certains, il y a au contraire un énorme potentiel de bugs. En informatique, il y a plein de traitements qui se déclenchent à heure fixe. Ils tiennent compte du changement d'heure. Si vous le supprimez, il faut valider que ces logiciels ne vont pas exécuter les traitements deux fois ou zéro fois au moment de l'ancien changement d'heure...

    • Astianax

      Bravo ChatlyD et ce mettre d'accord avec le RU.

  • Xaimas

    Vu l'usine à gaz fiscale qu'on a en France, il aurait fallu annoncer le changement au moins 4 ans à l'avance pour laisser les entreprises se préparer, surtout sachant qu'elles croulent déjà sous la paperasse de l'usine à gaz administrative...

    Ou alors, il aurait fallu faire comme les autres pays du monde qui sont passés au prélèvement à la source : simplifier la fiscalité avant de se lancer là-dedans. Macron fait les choses à l'envers...

    • pomlnb

      Macron a déjà simplifié la fiscalité ! Suppression de l'ISF, passage à la flat tax pour les produits financiers (ce qui permet de supprimer des dizaines de produits caractérisés uniquement par leur fiscalité)...
      Quant aux entreprises, il ne faut pas abuser. Il s'agit juste de rajouter une ligne sur la fiche de paye, avec un taux à saisir. Si c'est compliqué, alors il faut supprimer toutes les charges patronales et salariales et laisser chaque salarié envoyer lui-même son chèque pour la retraite, l'assurance chômage, la CAF...

  • Berry13

    Au moindre problème les employeurs ne suivront pas, c'est à l'administration de prendre toute la responsabilité de ce prélèvement.

  • Logik007

    Mais qui peu bien faire confiance à Darmanin ?

  • slide95

    En même temps, quand on voit l'usine a gaz N4DS, dont on ne peut guère penser qu'une chose, c'est qu'elle a été conçue dans le but de justifier des erreurs à venir...

  • Millepertuis

    Je suis mensualisé depuis des années, je n'ai jamais eu de problème de prélèvement. Je fais plus confiance à l'administration fiscale qu'à mon employeur qui me donne chaque mois de fiche de paie où il y a des erreurs quasiment chaque mois (gestion sous-traitée à un cabinet).

  • urbanwolf

    Bon, allez dites nous combien ça va nous coûter d'abandon ? Le budget pub était déjà de 10 millions....

    • Logik007

      Ils vont prendre le logiciel qui paie les militaires. Demandez leurs ce qu'ils en pensent !

  • Claranet

    Encore un logiciel conçu par une société privée... sans doute une usine à gaz facturé à prix d'or et bourré de bugs !

    • pomlnb

      Un logiciel créé par des informaticiens a toujours des erreurs par milliers. C'est bien pour ça qu'on automatise les tests maintenant ! La prochaine fois que vous passez un IRM ou que vous prenez l'avion, dites vous bien que leurs logiciels ont fait l'objet de tests automatisées, tests qui ont identifié aussi des milliers d'erreurs. C'est justement le contraire qui aurait été inquiétant : ça voudrait dire que le logiciel n'est pas testé et que c'est vous qui faites les tests avec votre vie...
      Si le bon dieu programmait, oui, vous auriez du 0 bugs du premier coup. Mais autrement, quand c'est fait par des êtres humains, oui, il y a des bugs. Et rien à voir avec une société privé - quand un bénévole code pour Linux ou qu'un fonctionnaire réalise des logiciels ou qu'un militaire le fait en interne pour l'armée, il y a des bugs. C'est bien pour ça qu'on a créé des approches qualité comme le TDD (test-driven development), le BDD (behaviour driven development) et autres où l'on part des tests qui échouent systématiquement pour motiver toute ligne de code...

    • Claranet

      Pas forcément. En fait plus il y a de lignes de code et plus il y a de risque d'avoir des bugs.
      Et il ne faut pas confondre la phase de production qui inclue forcément des bugs qui sont ensuite corrigés avec la phase de commercialisation dans laquelle il ne devrait plus y avoir de bug gênant.

    • mon_pseudo-242709

      Une des lois de Murphy est : "Dans tout logiciel il subsiste au moins un bug, celui qui n'a pas encore été découvert".
      Tout informaticien qui prétendrait réaliser une appli sans bug serait un imposteur ...
      J'ai du mal à comprendre les problèmes de prélèvement, puisqu'il n'y aura plus de prélèvement et que ce seront les employeurs qui effectueront les versements...
      Ces "bugs" sont une fausse barbe pour arrêter l'opération en sauvant la face pour ne pas dire que c'est une reculade politique ! ! !

  • infotek

    peu probable qu'un système d'exploitation de cette envergure fonctionne sans travers

    • pomlnb

      C'est pas un système d'exploitation, c'est un progiciel...
      Et oui, en génie logiciel, on étudie des ratios bugs/lignes de code. Le ratio n'est jamais à zéro, c'est humainement impossible. De même, on ne peut pas prouver mathématiquement un logiciel, sauf à ce qu'il soit trivial et fermé sur le monde.
      Un logiciel aura forcément des bugs. C'est justement l'objet des tests. Dans le cas des impôts, ces tests sont automatisés et se déroulent sur l'ensemble du jeu de données (donc, plus de 20 millions de contribuables), donc oui, ça va forcément faire sortir des bugs. De fait, 300.000 bugs sur 20 millions de contribuables, ça fait un peu plus de 1% du jeu de données qui pose problème... Franchement, j'ai déjà vu nettement pire...

    • Vira79

      Au Québec (Canada) où le prélèvement à la source existe depuis de nombreuses années ce genre d'anomalies est appelé un code 18. C'est à dire que le problème se situe à 18 pouces de l'écran... donc l'utilisateur ! Qu'une entreprise prélève plusieurs fois l'impôt pour une même personne ce n'est pas un problème de logiciel mais de l'employé des ressources humaines. Ce serait une multinationale avec 150 000 employés ont pourrait éventuellement comprendre une erreur de multi-facturation par une personne seule ... mais c'est plus simple de dire que c'est la faute de Macron !!!

    • JeanVallsjean

      Je n'y connais rien et je me garderai bien de vous contredire. Mais quand même, que le gouvernement ne sache pas aujourd'hui ce qu'il va faire alors que la mise en place est prévue pour dans 4 mois, cela fait amateur.

  • KlauzwitzKarlVon

    Usine à gaz comme le paiement des militaires qui est en rade depuis des années.
    L'obligation de la mensualisation était plus simple, moins coûteux et sans risque pour la confidentialité auprès de son employeur....
    Mais c'était moins vendeur pour le gouvernement!

    • pomlnb

      Oui, mais c'était pénalisant pour les précaires, les gens qui ne sont pas fonctionnaires ou en CDI, les gens qui changent de situation (parents, retraités, divorcés, veufs, chômeurs)... C'est sûr que du confort de son CDI dans un grand groupe ou de fonctionnaire, la mensualisation, c'est pareil que le prélèvement à la source...

  • DifJ

    En matière de prélèvements obligatoires il n'y a pas d'erreur minime. Un prélèvement excessif peut se traduire par un découvert bancaire et priver de ressource quelqu'un qui vit de son travail. La légèreté à cet égard est inadmissible quand on connaît les délais qui s'écouleront entre l'erreur et sa réparation. En matière comptable, on ne peut pas se contenter de l'à peu près! Si ce que publie Le Parisien est vrai, alors le système n'et pas au point, le ministre a menti et l devrait avoir le courage de démissionner? On ne doit pas pouvoir se moquer impunément des contribuables! Enfin, il est temps de renoncer à cette réforme imbécile et de la remplacer par la généralisation de la mensualisation qui apportera les mêmes avantages en terme de régularité des flux sans entraîner les inconvénients majeurs de la réforme, notamment pour les entreprises. C'est la voie du bon sens, mais les gens qui nos gouvernent en ont-ils encore?

    • Vira79

      Justement non le délai sera raccourci parce que c'est la faute de l'entreprise et que c'est elle qui sera responsable de rembourser son salarié ! Ce que publie Le Parisien c'est la même chose que pour la carte Vitale avec les médecins... ce n'est pas le logiciel qui est en faute (même s'il peut y avoir quelques erreurs pour des cas particuliers dans le calcul de l'impôt) mais les entreprises qui l'utilisent ! Un comptable qui prélève plusieurs fois l'impôt au même salarié, ce n'est pas le logiciel, le service des impôts ou le président Macron qui sont fautifs !!! Pourquoi ne pas annoncer clairement le pourquoi du refus de cette mesure, plus possible de pratiquer le sport national ... la fraude fiscale !!! Pour une personne au SMIC c'est un gros avantage le prélèvement à la source pour la gestion du budget... ce qui rentre à la banque est immédiatement disponible pas besoin de se prendre la tête pour mettre de l'argent de côté pour les impôts à payer l'année suivante !!! Et dans bien des cas s'il son entreprise à bien fait son travail, c'est le fisc qui lui rendra de l'argent !!!

  • Alexys

    Au moins il y a des tests. Pas comme avec Sarkozy et le RSI qu'il a ordonné de lancer le projet alors que les informaticiens savaient très bien que ce n'était pas prêt !

    • pomlnb

      Tout à fait. J'ai suivi l'histoire du RSI à double titre, en tant qu'indépendant et qu'informaticien. Ce qu'à fait Sarkozy est idiot, surtout si l'on considère que ça s'est soldé par des suicides. Il savait que le système n'était pas prêt, il a refusé les tests, il a été sourd aux gens du terrain et il a décidé de le lancer quand même pour des raisons de pure communication politique.
      Qu'il y ait des tests, c'est normal. Que les tests remontent des problèmes, c'est un peu le but des tests, des tests qui ne trouvent aucunes erreurs, ce sont des tests mal faits... Chaque erreur relevé par un tests fera l'objet de correction, puis d'une nouvelle exécution des tests et ça va converger de manière itérative vers un logiciel de qualité. La question restant de savoir si ça le fera dans les délais.
      Après, on verra la valeur des politiques au fait qu'ils prendront compte ou pas au moment du lancement de l'état de la dernière itération des tests...
      Mais demander la démission d'un ministre parce qu'il y a des erreurs durant une phase de test, c'est complètement absurde...

  • Senonches

    comment faire confiance en ces types ayant changé de veste.. qui disent blanc lundi et noir mardi... des incompétents

  • lepapou131

    J'ai déjà vécu les erreurs avec le logiciel "louvois" en tant qu ancien militaire et je ne voudrais pas revivre cette expérience avec le prélèvement à la source, car il y aura automatiquement des erreurs au départ soit humaine soit informatique.Et la cela ne touche pas une population qui est contrainte au droit de réserve

    • lionelbis

      Les libertés individuelles dont jouissent les humains, y compris les libertés de se tromper, de se comporter de manière absurde, de privilégier certains intérêts plutôt que les siens, ou l'inverse, de changer d'avis, d'être illogique échappent aux ordinateurs. Les ordinateurs sont bien adaptés à la gestion des machines mais intéragissent très mal avec les humains. Le comportement d'un être humain ne peut se déduire du comportement des autres car nous ne sommes pas un troupeau.

  • Chargement en cours…

Retourner à l’article