Rennes veut offrir une seconde vie aux vélos électriques

RECYCLAGE Keolis a missionné l’atelier La Petite Rennes pour désélectrifier les vélos à assistance électrique…

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • kaelvin

    Cela prouve que c'est pas du tout écologique ces vélos et voitures électriques il faut recycler et c'est aussi de l'énergie pour se débarrasser du lithium en grosse quantité et au final une énorme pollution.

    • pomlnb

      Les deux n'ont rien à voir ! Un vélo à assistance électrique, c'est 250W maximum. De plus, c'est un vélo à assistance - non seulement vous avez moins de 100kg à mouvoir contre 1t pour une voiture, mais en plus l'usager fournit 50% de l'effort (s'il n'y a pas d'effort, le moteur se coupe, c'est la législation)... En terme d'énergie, c'est comme si vous compariez votre machine à laver et une ampoule LED...
      Du coup, sur le VAE, la batterie est petite, a une très longue durée de vie (la mienne tient toujours après 5 ans) et la consommation est très réduite (un plein, qui vaut pour plus de 50km, revient à quelques cents). Normalement, la batterie d'un VAE tient au minimum 40 000km - plus si vous ne faites que des décharges partielles au lieu de cycles complets.
      En fait, concernant le bilan carbone, le VAE est au même niveau que le vélo sec ! C'est logique, en France, l'électricité est en majorité nucléaire et a donc un bilan carbone faible. L'étude tient compte du coût carbone des batteries. La raison de cette égalité ? Le cycliste - vous êtes un moteur, vous produisez du CO2 à l'effort. Un cycliste en vélo sec produit 16 g CO2e/km, un cycliste en VAE, grâce à l'assistance, ne produit que 6 g CO2e/km !
      Le bilan final, qui inclut fabrication, recyclage, batteries et consommation du cycliste pour un usage modéré (2400km/an), c'est autours de 20 g CO2e/km pour les deux. Par comparaison, le bus, c'est 101 g CO2e/passager/km, la voiture, c'est 271g. On parle du puis à la roue, donc tout compris.
      Dans tous les cas, le vélo, à assistance ou pas, est préférable à tous les autres moyens de transport, et de très loin ! L'intérêt du VAE, c'est qu'il permet à plus de monde de prendre le vélo - par exemple au Japon, c'est très utilisé par les vieilles dames, surtout en terrain valonné (d'où les motorisations japonaises en mode tracteur). Il permet aussi de prendre le vélo quand on ne peut pas suer (pour aller bosser en costard par exemple) ou pour transporter des charges lourdes (je connais des gens qui tractent une carriole de 100kg en VAE). Par exemple, j'utilise pour aller faire des courses à l'autre bout de Paris avec 4 grosses sacoches de randonnées - en vélo sec, ça serait galère pour remonter la pente à 8% pour rentrer à la maison avec la cargaison...

  • Fiumambo

    C’est quand même des velo de fainéant!

  • Ironius

    C'était soit disant l'avenir ces vélos électriques.
    En plus d'avoir coûter un max, il faut maintenant les recycler ( mais presque normal pour un cycle !)

    • pomlnb

      Oui, je comprends mal. Sur un vélo à assistance, le moteur électrique est probablement la partie la plus increvable, avec le moteur brushless, la seule pièce d'usure qui puisse le flinguer, ce sont les roulements - et ceux du vélo lâcheront en premier. Du coup, je vois mal pourquoi on jetterait un électrique - j'ai acheté le mien d'occasion, il fonctionnaire nickel et c'est toujours le cas 5 ans après. En fait, la seule maintenant que j'ai dû faire, c'est sur la partie cycle : pneu crevé, boulons qui avaient du jeu...
      D'ailleurs, concernant le prix, il est assez idiot d'acheter un électrique neuf, on fait de grosses économies en occasion. Il faut juste faire gaffe sur la partie cycle et tester l'usure de la batterie, mais autrement c'est pareil qu'un neuf...

  • Letriangle

    Faut demander à Froome, c'est un spécialiste..lol...

  • Bistrot77

    Cool... Comme ça, les parisiens qui envahissent et modelent à leur goût la capitale bretonne grâce à la ligne tgv rapide vont pouvoir continuer à circuler à leur manière...

    • Janouchka

      Parce que selon vous, les seuls cyclistes que l'on voit à Rennes sont des Parisiens ? Rennes est une "petite" ville, y circuler à vélo et en transport en commun est juste logique, pas besoin d'être parisien pour s'en rendre compte.

Retourner à l’article