Pronote, Sconet...Quels sont les effets pervers des logiciels de vie scolaire?

EDUCATION Alors que les conseils de classe du second trimestre viennent de s’achever, les logiciels de vie scolaire où les notes des élèves sont consignées sont taxés d’attiser la pression scolaire…

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • hetiare1

    Ah ah, POLMNB le mytho qui quelque soit le sujet arrive à placer un membre de sa famille extraordinaire...
    J’attends son commentaire sur le sujet « porno » avec impatience.

  • gengen

    Sconet a été renommé en SIECLE en 2012 (c'est même visible sur la page Wikipedia du projet).
    Et SIECLE, développé par le ministère de l'éducation nationale, inclut notamment un module de Notes. Mais ce n'est pas Pronote, qui lui est un logiciel issu d'un éditeur privé, et donc payant pour les établissements (tarifs visibles sur le site de l'éditeur).

  • PhilFF

    Eh bien, il est bien loin le temps ou les devoirs sur table étaient décidés longtemps à l'avance ou décidés en arrivant en cours, on appelait ça des devoirs.....surprises...que c’était vilain maintenant il faut un système pour prévenir et en plus que le profs fasse une annonce officielle.
    Des notes, mon Dieu, quelle drame. C'est vrai qu'en France il ne faut pas les traumatiser par une note, nos petites blondes.
    De qui se fout 'on??? ils seront noté toute leur vie et seront contrôlés en permanence toute leur vie.
    A force de les mettre dans des bulles ou on leurs promet mont et merveilles on en fait des bons à rien qui estiment que tout leur est dû, exemple ces étudiants grévistes qui demandent d'avoir 10/20 alors qu'ils brillent par leur absence.
    Réveillez vous, éduquer un enfants c'est le surveiller, le suivre, l'aider, le guider et pas reprocher aux profs ou autres l'incapacité d'être parent au quotidien

    • pomlnb

      Ben justement, à mon époque, les devoirs étaient décidés longtemps à l'avance et pas la veille au soir sur un logiciel où il suffit au professeur de cliquer sans se concerter avec personne. A mon époque, quand le planning était surchargé par les devoirs des autres profs, les élèves le signalaient et l'enseignant adaptait la charge.
      On est en train de dupliquer à l'école le pire du management en entreprise, à savoir faire passer les processus et les logiciels devant l'humain !
      Quant aux notes, tout le monde ne finit pas fonctionnaires ! La distribution de notes, c'est surtout une obsession dans la fonction public - tous les ans, on vous met une note, généralement entre 17/20 et 19/20, qui est censé accélérer ou ralentir de façon imperceptible votre carrière. C'est comme les inspections - prévues à l'avance et répétées pour faire plaisir à l'inspecteur.
      Dans le privé, non, on n'est ni noté ni contrôlé en permanence, surtout si vous êtes cadre. Vous avez des objectifs. Si vous les atteignez, c'est bon. Sinon, on vous vire. Et vous vous débrouillez comme vous voulez.
      Les notes à l'école induisent beaucoup de comportement pervers. Par exemple, les élèves n'étudient pas pour apprendre mais pour avoir une bonne note. Du coup, ils ont de bonnes notes mais ne savent pas - prenez des élèves de secondes qui ont plus de 12 de moyenne en anglais ou en allemand, note qui théoriquement devrait leur assurer un niveau correct, et larguez les dans le pays en immersion, ils sont incapables de faire quoi que ce soit !
      De même, les élèves vont réviser pour le contrôle - c'est ridicule de réviser, vous révisez avant d'aller au boulot, vous ? Soit on sait, soit on ne sait pas. Et ce qu'on a appris la veille au soir pour avoir une bonne note au contrôle sera oublié dès le lendemain !
      Le summum étant évidemment le bac. On "bachote" pour avoir une bonne note, on se bourre la tête et puis 15 jours plus tard, on a tout oublié. Vivement un bac orienté sur la présentation orale et sur les projets qui permettent moins de tricher. D'ailleurs, le plus haut diplôme de l'enseignement français est basé entièrement sur un projet et sa présentation orale et non un examen, ce n'est pas pour rien...

  • pomlnb

    Les problèmes viennent aussi des professeurs qui sous prétexte d'avoir un logiciel oublient la politesse ou simplement de communiquer entre êtres humains. C'est un gag permanent avec mon frère.
    Par exemple, il apprend le vendredi soir à 22h qu'en fait il va avoir cours le samedi matin à 8h, pratique. Ou encore, les professeurs mettent les devoirs dessus - du coup, il n'y a plus de concertation sur le rythme des devoirs, il y a des semaines à demi-vides et d'autres où tous les devoirs sont concentrés. Quand les devoirs étaient donnés en classe, il y avait discussion pour lisser la charge. De même, les profs ont l'habitude de rajouter des devoirs au fil de l'eau, du coup, si on a pas de smartphone pour consulter l'application en permanence, il est facile d'en rater - mon frère refuse d'avoir un smartphone et il ne passe pas sa vie sur l'ordinateur familial non plus.
    Mais bon, ce n'est pas spécifique aux profs, il y a le même problème en entreprise, quand on remplace toutes les relations humaines par des logiciels, et bien, il n'y a plus de relations humaines... On reçoit ses tâches via le gestionnaire de ticket, comme si on était une machine à pondre du boulot...

  • alcofribasnasier

    Est-ce que cela change beaucoup ? Il y aura toujours les parents soucieux des résultats scolaires de leurs enfants et ceux pour qui "du moment qu'on les garde à l'école" ....
    Quant aux erreurs de notes , oui car c'est un HUMAIN qui rentre les notes ,mais il est très facile de corriger , j'ai des doutes quand expectatif affirme que c'est impossible.
    Les parents contestant les notes c'est de plus en plus fréquent , difficile pour eux de reconnaître que leur enfant roi n'est pas forcément un bon élève.
    Quant aux chers petits traumatisés par le positionnement ils peuvent s'attendre à bien des déconvenues dans la vie ! Ils entrent en maternelle à 3 ans, sortent de l'école à 18 bac en poche et jamais confrontés au moindre échec. C'est ça la vraie vie ?

    • jlr002

      Pas le moindre échec ? Dans quel monde vivez-vous ?

  • dulcee

    C'est comme tout: trop point n'en faut. Mais je doute que cet abus d'utilisation soit généralisé en France, ou que les parents en soient au point de croire qu'un 5 parmi des 14 ou de 16 soient signe d'échec scolaire. Et de nous faire croire qu'on est entrain de pousser nos enfants vers la dépression avec cet outil? Si un enfant a de mauvaises notes dans toutes les matières, eh bien oui il a des difficultés. Un enfant est en position de mal-être, ses notes sont en baisse: il a peut-être des problèmes personnels. Et ce n'est pas la faute à un malheureux logiciel... Et il ne va pas les aggraver non plus, tant qu'on n'aura pas pris les problèmes de cet enfant à bras le corps. On essaie vraiment de se trouver des excuses à tout et à n'importe quoi de nos jours.

  • hetiare1

    Pauvres petits, pourront plus cacher leurs mauvaises notes!
    Où va-t-on?

    • pomlnb

      Sauf s'ils ont des parents incompétents numériquement - ce qui n'est pas rare, surtout chez les plus de 50 ans. Pour ceux là, plus besoin de cacher mauvaises notes et bulletins, tout est planqué dans le logiciel, où les parents ne vont jamais...

  • gardiendechiards

    Les ´pôvres ´chéris

  • kol56

    du coup je me suis connecté sur pronote et j ai encouragé ma fille qui commence avec 16.5/20 de moyenne le troisième trimestre !

  • kol56

    l enfant a tendance a se reposer aussi trop sur le logiciel et ne sait même plus quels devoirs il a à faire le soir car c est noté automatiquement sur un logiciel, donc pourquoi l écrire dans l'agenda ! Et ça n aide pas l'enfant à s'organiser seul, c'est une forme d'assistanat néfaste au développement de la responsabilité. Contre a 100%, invention stupide. Avant, on pouvait avoir une gamelle ( 4/20 voir pire ) et cartonner par la suite avec une bonne note, mais on ne voulait pas spécialement que nos parents sachent tout sur tout . Le cahier de liaison c était simple et efficace pour faire passer un message. Pronote c est gavant

    • pomlnb

      Tout à fait, sans compter les profs qui utilisent le logiciel comme s'ils programmaient un robot. Et hop, le cour décalé la veille au soir, et hop, les devoir rajouté à la volée, et hop, je t'annule le cours du samedi matin...
      Enseigner, c'est de l'humain, mettre du logiciel et des processus à ce point là, c'est malsain.

  • Expectatif

    Encore faudrait-il que les profs sachent utiliser ces outils. Deux anecdotes qui sont arrivées à mon fils.
    1 - Un prof qui met 0 au lieu de 20 (faute de frappe ou d'inattention) On lui signale mais il est incapable de corriger. Il donne donc un 0 à mon fils au cours suivant pour une futilité et justifier de sa compétence....
    2 - Des problèmes de profs qui n'utilisent pas la bonne méthode pour les notes pondérées. (certains outils disposent de plusieurs modes pour le calcul des moyennes). Résultat, pour une simple moyenne arithmétique, plus de 1,5 point d'écart avec la moyenne réelle

    • hetiare1

      Vous devriez faire une formation pour ces profs demeurés

  • 12345678910111213141516

    @spectateur69 :
    Sauf que pronote pour ne parler que de lui ne sait pas calculer une moyenne et qu'il peut y avoir des résultats hallucinants ...
    Et tout le monde s'en contente (ou presque , j'ai déjà lu un prof de math qui s'alarmait du problème sur un forum mais apparemment le mammouth s'en fiche ...)

  • Xgame

    Ah chouette encore des bases de données à pirater pour ensuite retrouver sa vie étalée sur la place publique ou dans des cabinets de recrutement!!

  • Gust80

    Comme "la langue d'Ésope", cela a ses bons et mauvais côtés.
    Quand on voit l'importance des notes pour "parcousup", on peut se poser des questions.

  • Peir

    Quand on veut mettre en œuvre un outil informatique, il faut se demander : quel va être le progrès et pour qui ? L'Education nationale regorge de logiciels "obligatoires" qui rendent des services un peu à l'enseignant, un peu aux parents et beaucoup à l'administration. Et souvent tout cela dysfonctionne allègrement, les enseignants et les directeurs le savent bien. Et quel est le rôle ou le but des créateurs de ces logiciels, des fournisseurs ? des prescripteurs ?

    • pomlnb

      Et pendant ce temps, dans les startups de l'informatique, on fait les planning avec des fiches bristol et des post-it...

  • Spectateur69

    Avant ces logiciels , depuis les Années 2000 sur la plupart des bulletins on voyait déjà la moyenne de l’élève, la meilleure moyenne, et la pire... ça marche de la même manière et j’aurais tendance à dire que cela favorise l’émulation entre élève à savoir qui aura la meilleure note.
    Pour les parents qui ne savent pas lire le français : il serait tant de s’y mettre parce que pour profiter du panel d’aide: là vous comprenez très bien, et pour les mauvais élèves quand vous voyez que vous avez la pire moyenne , redoublez d’effort pour qu’au prochain trimestre vous ne soyez pas le maillon faible!

  • slide95

    Et si ces plateformes proposaient aussi des éléments motivants pour les élèves (saisie collaborative des devoirs à faire par exemple) ?

    • hetiare1

      Oui bonne idée SLIDE95
      Ils demanderaient aux meilleurs élèves de faire les devoirs en contrepartie de shit ou de frics

Retourner à l’article