Océans : Ils poussent les limites de la plongée sous-marine pour percer les secrets de la «Twillight zone »

EXPLORATION Depuis dix ans, les explorateurs Ghislain et Emmanuelle Bardout multiplient les plongées à plus de 100 mètres de fond. Pour Under the pole 3, leur expédition en cours, l'enjeu n'est plus seulement d'aller profond, mais d'y rester longtemps...

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • lulunet

    Super, ça apportera des débouchés pétroliers, industriels et touristiques. Grâce à eux la nature est sauve. L Unesco au lieu de protéger des bêtises feraient mieux de protéger l intégrité des zones vierges et intactes de l être humain.

  • youra

    Joli projet, mais rien de novateur en ce qui concerne la plongée.
    Les recycleurs sont utilisés depuis les années 70 (sous l'eau), et les plongeurs spéléo évoluent régulièrement au delà des 160m.

  • ChipsRCT83

    je serais bien curieux de connaitre le trimix qu'ils utilisent. Parce que les gens ne plongent pas à l'air ! Pour la faire courte, on a 20 % d'oxygène dans l'air ambiant et l'oxygène est toxique à 1,6 bars. 1,6/0,2 donne 8 bars -1 bar de pression atmosphérique, l'oxygène de l'air est toxique à 70 m. Pour ça que la plongée loisir s'arrête à 60m.

Retourner à l’article