Dans quels cas peut-on recevoir des allocations chômage après une démission?

SOCIAL  Partenaires sociaux et gouvernement entament mercredi les discussions en vue d'une réforme de l'assurance chômage...

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • Cesaria

    ohhhhh mais ce n'est pas seulement la possibilité de dire "M...." à son patron quand même !

  • Cesaria

    Le principal avantage pour moi est la possibilité liée à la création ou la reprise d'une entreprise....c'est souvent un projet impossible pour un salarié car il doit être autonome financièrement quelques mois ...c'est génial, bien sur pour celui qui a envie de travailler un peu et de s'épanouir, pour les autres on ne peut pas grand chose pour eux ...ils sont, seront, et resteront à la remorque de la société

  • alain7425

    Il y a beaucoup de monde qui en a marre de son emploi, ou de son employeur, et souvent à juste titre. Les allocations vont probablement faire un appel d'air. C'est donc intéressant de conditionner les allocations à un projet. Mais comment faire? Si tous les projets sont acceptés, alors il y aura toujours l'appel d'air. Si seuls les projets réalistes sont acceptés, l'étude du projet se fera-t-il après la démission, ou avant? Cela risque de fortement réduire la possibilité offerte aux salariés...et de rendre cette réforme beaucoup plus anecdotique.

    • Cesaria

      Que la démarche soit sélective et associée à la construction d'un projet professionnel ou personnel sérieux ne me choque pas ....Nous aurons toujours les Ptits malins de service qui voudront le beurre ( l'indemnité) pour travailler au noir ....Si ceux-là se font shooter on ne va pas pleurer ..trop de profiteurs en France

    • Cesaria

      ohhhhh mais ce n'est pas seulement la possibilité de dire "M...." à son patron quand même !

  • destartine

    Les naïfs avaient cru qu'on pourrait démissionner et toucher des allocs pour changer de vie, de métier. Ils étaient naïfs.

    • pomlnb

      Comment pouvez-vous dire qu'ils étaient naïfs alors que les discussions viennent à peine de commencer et qu'aucune conclusion n'a encore été publiée ??

    • ctencorepossible

      Cette mesure( démissionnaires + indépendant) aurait un coût chiffré entre 5 et 8 milliards par ans. Il y aura forcément des grosses déceptions. A moins qu'on ne baisse les prestations générales versées aux chômeurs ou qu'on augmente encore la CSG des retraités...

    • pomlnb

      Vous confondez le coût et le bilan comptable... Dans un bilan, il faut intégrer les coûts, mais aussi les recettes.
      Une démission, ce n'est pas la même chose qu'un licenciement économique (très très coûteux avec le dispositif du CSP). Un licenciement, c'est la destruction d'un poste. Une démission, c'est un salarié qui part et qui laisse un poste vacant. Poste qui pourra être occupé soit par un autre démissionnaire (qui va laisser un poste vacant) soit par un chômeur (qui va du coup arrêter d'être un coût pour devenir une recette).
      En d'autres termes, dans beaucoup de cas, le bilan sera neutre, c'est un simple jeu de chaises musicales.
      Et le démissionnaire, lui, part pour trouver un meilleurs boulot. Soit il quitte une entreprise nocive pour apporter sa compétence à une entreprise plus vertueuse. Soit il va fonder sa propre activé - et donc créer de la richesse et potentiellement de l'emploi. Soit il va se réorienter dans un nouveau métier. C'est un bilan de toute façon positif, avec potentiellement des créations d'emplois, des salariés plus motivés, des gens réorientés dans des métiers plus porteurs.
      Oui, il va falloir cadrer un peu pour éviter les abus. Mais c'est quand même une mesure qui a le potentiel d'être extrêmement positif.
      Actuellement, la situation de la France est catastrophique. Il y a trop de chômage de longue durée - le chômage de courte durée n'étant pas grave. Il y a des salariés accrochés à leur CDI, alors qu'ils sont dans un boulot nocif qui ne leur plait plus. Il y a des gens qui perdurent dans une voie sans issus par peur de se lancer ailleurs. Nous avons un monde du travail extrêmement stagnant et désespérant. Oui, une mesure qui permet aux salariés d'aller voir ailleurs sans trop de risques, c'est positif. Même si ça a un coût - et encore, je suis persuadé que le bilan à l'équilibre sera en fait un gain.

  • jectoutourienjecplus

    waw, un président qui suit son programme de campagne! on est pas habitués!

    • ctencorepossible

      Où avez-vous vu qu'il tenait sa promesse ? Au départ tous les démissionnaires devaient pouvoir être indemnisés. Et aujourd'hui ce sera peut-être une fois tous les 5 ans et à condition d'avoir un projet. Il ne lui reste plus qu'à définir des normes drastiques pour valider un projet et à l'arrivée seul 1 démissionnaire sur 1000 pourra y prétendre.
      Macron est très fort pour faire des promesses inconsidérées ou pour les faire avec l'argent qui n'appartient pas à l'État comme la suppression de la taxe d'habitation avec l'argent des communes ou la baisse des loyers avec l'argent des bailleurs sociaux.

    • pomlnb

      Non, une fois tous les 5 ans, c'était dans le programme LREM avant la présidentielle, vous ne l'aviez pas lu ? Il faut poser une limite pour maîtriser les coûts. Un changement volontaire de carrière tous les 5 ans, ça me parait bien - surtout qu'il reste possible de négocier une rupture conventionnelle, un CDD ou autre pour ne pas consommer ces opportunités.
      Avoir un projet, c'est pas difficile non plus. Vous démissionnez sans avoir le moindre projet, vous ?

    • ctencorepossible

      Avoir un projet n'a été évoqué qu'au moment où des études nous apprenaient le coût faramineux de cette promesse. Donc cette obligation de projet a pour but de restreindre le nombre de ceux qui pourrait bénéficier de cette mesure.
      Il faudra sans doute avoir un autre projet que celui de vouloir changer de patron, de filière ou de ville.

    • pomlnb

      Pour rappel, si vous n'avez pas de projet professionnel, vous n'êtes de toute façon pas éligible à l'assurance chômage. L'indemnisation suppose des engagements, donc un plan de retour à l'emploi. Vous avez forcément un projet si vous êtes indemnisé - c'est l'objet de la première réunion avec le conseiller. A l'issue de cet entretien, vous signez un PPAE - Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi. Voilà, vous l'avez votre projet...

  • TZX269

    Mais où va-t-on ???

  • TZX269

    Mais où va-t-on ?

Retourner à l’article