Pour le Front de libération bordeluche, «Bordeaux ville la plus tendance du monde, c'est une farce»

INTERVIEW «20 Minutes» est allé à la rencontre des deux Bordelais à l'origine du Front de libération bordeluche face au parisianisme, un mois après la polémique sur la fronde anti-Parisiens à Bordeaux...

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • sn44

    krom

    Subventions parisiennes !
    Première nouvelle: vous ne subventionnez rien mais vous volez le reste de la France depuis des siècles et c'est cela que vous fait vivre...c'est tout.

  • Ketzalcoatl

    "A force de claironner qu’on a un magnifique océan à 3/4 d’heure de chez nous, et bien le magnifique océan aujourd’hui il est à 1 h 30."
    Désolée, Messieurs, mais en été les plages atlantiques sont depuis bien longtemps à 1h30 (minimum!) de Bordeaux à cause des embouteillages, cela n'a vraiment rien de nouveau!

  • Deop

    C'est marrant d'avoir ce besoin de se justifier, de se comparer, de se mesurer en permanence à la Capitale de notre Pays.

  • Caro71

    Les provinciaux ne reçoivent pas de "subventions parisiennes".ils payent leurs impôts et contribuent donc à faire fonctionner les services de l état.Les participations de l état au fonctionnement des régions sont donc de justes rétributions.....
    Par contre l île de France bénéficie des largeurs de l état (financé par l ensemble des francais) quand à l investissement pour certains réseaux de transport en communs ou routier dont de nombreuses régions françaises ne bénéficient pas, ou en tout cas pas avec les mêmes montants....

    • Deop

      Bordeaux métropole : 761 000 habitants
      Île-de-France : plus de 12 millions d'habitants.
      D'où peut-être la différence de montants...
      Non?

  • enguerroyant

    Fort heureusement, les Franciliens se reveilleront un jour... Un jour.

  • krom

    Pour accepter les subventions parisiennes ils sont pourtant bien au rendez-vous les provinciaux. Car ce n'est pas grâce à Bordeaux et son pinard que cette région a l'eau potable et l'électricité .

Retourner à l’article