Addictions au travail: Pourquoi est-ce si difficile de limiter l'alcool au travail?

EMPLOI A l'occasion du lancement du portail d'information sur les addictions au travail, «20 Minutes» se penche sur les particularités de l'alcool...

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • Motarde63

    Pour rappel le code du travail interdit la consommation d'alcool en entreprise sauf vin, bière et cidre. Donc si le patron souhaite aussi interdire ces alcools là il faut impérativement le noter dans le règlement intérieur. Sinon l'interdiction n'est pas légale.
    Après, même si l'alcool reste autorisé, l'état d'ivresse n'est jamais toléré en entreprise et reste une faute passible de sanction.

    • pomlnb

      C'est là qu'on voit que le lobby du vin est sacrément puissant en France...

    • Motarde63

      Non c'est simplement culturel : jusque dans les années 70, tous les "travailleurs" buvaient leur canon de rouge ou leur demi de bière à la pause et c'était alors jugé comme parfaitement normal (1 verre hein ! par 10 !).

  • pincky59

    il y a plus de vieux ivrognes que de vieux médecins...c'est bien connu
    Tous ceux que j'ai connus buvant leur petits verres aux bistrots. Quelques verres par jour, c'est bon pour le moral

    • destartine

      pincky
      Parce que les médecins ne boivent pas? Vous en êtes sûr(e)?

  • ctencorepossible

    Dans ma boite, ça doit faire 15 ans que l'alcool a été banni du restaurant d'entreprise. Pour les déplacements, toute note de restaurant contenant des boissons alcoolisées est refusée par la comptabilité et les voitures de société ont été équipées d'alcootest antidémarrage.
    Il y a encore quelques rares personnes qui introduisent de l'alcool dans l'entreprise mais toutes celles qui se sont fait attrapées ont été licenciées sur le champ.

    • pomlnb

      Pour les notes de frais, votre comptable ne fait en fait qu'appliquer la loi. Si vous êtes à votre compte, c'est pareil, impossible de faire passer les consommation d'alcool en note de frais.

    • rati

      Chez nous chaque accident du travail déclaré donne lieu à un contrôle d’alcoolémie...

  • Caro71

    Le scandale,C est qu' il n existe pas de politique de santé publique claire dans la lutte contre l alcoolisme....pourtant au même titre que le tabac ,l alcool est un fléau pour notre santé et représente un gouffre pour le budget de la sécurité sociale....a quand un mois sans alcool...et un coût dissuasif des boissons alcoolisées.....

  • Poulac

    Ha ha ha, venez voir les désamianteurs sur leurs chantiers, drogues,alcools la totale, pour 1300€ net par mois

  • Aucunnom

    a les écoutés on est alcoolique lorsque l'on boit une bouteille de rouge dans la journée en mangeant. Mais quels est la norme? Vont-il nous l'interdire? comme l'absinthe? Et n'oublions pas qu'un buveur de rouge vis plus longtemps qu'un buveur d'eau ;)

    • gdnico

      vous etes l'exemple parfait de la reussite du lobying de l'alcool.
      Il est recommandé deux jours d'abstinance d'alcool par semaine avec pas plus de 10 doses. Une dose c'est une biere legere (4 ou 5degrés).
      Un verre de rouge c'est bon pour les arteres une bouteille c'est bon pour la cyrose!
      Il vaux mieux faire un peu de sport que boire de l'acool.
      On est alcoolique à partir du moment ou l'on boit un verre tous les jours.

    • pomlnb

      Oui, si vous buvez votre bouteille de vin tous les jours, vous êtes bien alcoolique. En fait, c'est le pire cas d'alcoolisme. Le type qui boit 5 litres de rouge tous les jours ou une bouteille de whisky tous les trois jours est souvent bien conscient qu'il a un problème. Celui qui ne peut pas se passer de sa petite bouteille de vin n'en est souvent, comme vous, même pas conscient.
      Et non, concernant l'espérance de vie, le seuil est à un ou deux verres (pour les hommes) maximum. Avec une bouteille, vous êtes de l'autre coté de la courbe, avec des risques cardio-vasculaire, de sénilité précoce, de diabète, de cirrhose ou de cancer accrus.

  • criscolo

    On n'a pas toujours une plante verte à côté de soi pour verser discrètement un trop plein d'alcool dans la terre ! Et puis, ce n'est pas facile d'avoir l'air durablement enjoué, détendu quand son entourage pro l'est vraiment grâce à l'alcool...

    Cela dit, si on est carré dès le début au boulot ou ailleurs (genre : "mon foie ne supporte pas"), personne ne vous sollicitera après.

    Le problème de fond, c'est comment supporter 24/24 son stress sans prendre de l'alcool, des médicaments... Le sport ? Pas toujours possible...

  • destartine

    L'article ne dit pas le nombre de morts dues à l'alcool. Il est énorme, sans commune mesure avec la drogue.

    • pomlnb

      Mais l'alcool est une drogue ! Et même une drogue dure. Il n'y a pas de distinction à faire avec l'alcool, à part que c'est légal.

    • destartine

      pomlb
      Je suis d'accord, mais vous m'avez compris.

  • mon_pseudo-276367

    Chargé d'affaires dans le BTP, je suis tombé dans l'alcool... blanc le matin avec les croissants chez un client, apéro à 11h avec un autre, rouge le midi avec un fournisseur, réception de chantier l'après midi arrosée et whisky le soir avec les meilleurs clients... Mon foie a eu du mal avec ce rythme... sans compter les extra avec les techniciens plus performants que moi... Certains domaines d'activités sont plus touchés que d'autres et il est très difficile d'en sortir surtout quand la direction nous encourage...

  • hictorique

    " 71 % des personnes interrogées consomment de l’alcool lors des repas d’affaires"
    Donc elle n'a interrogé que des cadres .....
    le bas peuple n'a jamais de reps d'affaires ! ! ! !

    • pomlnb

      Quel rapport avec la bas peuple ? Il y a pleins de non-cadres mieux payés que des cadres...
      Et autrement, comme vous le remarquez, les non-cadres (et en fait la grande majorité des cadres - je suis cadre depuis 20 ans, j'ai du faire 10 repas d'affaire dans ma carrière) ne font pas de repas d'affaire, du coup, difficile pour eux de boire de l'alcool pendant un repas d'affaire, non ? Faut être logique...

    • hictorique

      Excuses! j'aurais du écrire cadres commerciaux (vente et achats)

  • Bott61

    L'alcool c'est comme tout ,il ne faut pas en abuser , boire avec modération,ce qui est défendu,est de toutes manières toujours bravés, que ce soit la cigarette,l'alcoolisme,la drogue ,il faut tendre la main aux personnes , ne pas les inciter a en prendre encore plus , parler des risques encourus,accident ,maladie,etc la sensibilisation est un facteur clé.

  • Liloobol

    J ai travaillé toute ma vie avec des responsabilités stressantes. Je n'ai jamais touché ni à l'alcool ni aux drogues ni aux anti dépresseurs. La volonté de résister doit être plus forte





    • Ragnar

      Le stres n'est pas le même en fonction du projet sur lequel vous travaillez. Vous pouvez bosser 50h/semaine, subir une pression énorme, si ce sur quoi vous travaillez est intéressant voire passionnant et qu'il vous apporte un enrichissement professionnel, ce stress que j'appelle positif glissera sur vous. A l'inverse...

  • pomlnb

    C'est clair que dans certains métiers, l'alcool est omniprésent.
    Il y a la consommation convivial systématique, qui est rarement considérée comme de l'alcoolisme. Par exemple, le commercial qui va systématiquement commander son pichet de vinasse à chaque repas.
    Il y a les secteurs où il faut boire pour être pris au sérieux. Une ami qui était RH dans le BTP m'avait dit que son foie avait pris cher lors de la négociation des 35h - impossible d'aller à une réunion sur un chantier sans partager le rosé.
    Et il y a des secteurs où les alcools forts font partie du style de vie. Par exemple, chez les créatifs dans la comm' ou la publicité, on en est toujours à l'époque de Mad Men. Impossible de faire un pot sans avoir du whisky sur la table et les bouteilles partent très très vite, je suis surpris de ne jamais avoir vu de coma éthylique (et encore plus d'avoir vu des gens retourner bosser après un pot et être capables de sortir un truc avec plusieurs grammes).
    Oui, l'alcool est un vrai problème dans l'entreprise française. Au même titre que les médicaments - combien de salariés carburent au benzo ou aux anti-dépresseurs pour supporter leur boulot et aux somnifères pour réussir à dormir ensuite ? Sans compter ceux qui mélangent les deux...

    • RAF01

      faux de dire qu'il faut boire pour être pris au sérieux. Après un refus net, les offres ne se feront plus

    • rati

      Quant à la "vinasse" ont peu avoir les moyens de se payer du vin...
      Quant aux coma éthylique fallait venir dans nos labos dans les années 90s à l'occasion de certains pots...

Retourner à l’article