Nice: La justice suspend la vente en France de deux pesticides tueurs d'abeilles

ENVIRONNEMENT Le tribunal administratif a estimé qu’il n’y avait pas de garantie que le Transform et le Closer, qui servent à traiter contre les pucerons les cultures de grands champs, seront épandus à la bonne dose…

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • Arsinoa

    Une chose est sûre :
    Les abeilles disparaissent.
    C'est pratique ces pesticides.
    Ça attaque le système nerveux des insectes, dont les abeilles, donc l'être humain qui a 90 % de son patrimoine génétique en commun avec ces bestioles sympathiques, ce qui fait que pour les hyménoptères, il est impossible de retrouver son chemin.
    Par exemple, chez moi, la colonie se vide. Pas d'abeilles crevées au pied de la planche d'envol, donc pas de crime...
    Y'a pas de varroas, j'ai vérifié et traité en automne et au printemps à l'acide formique, celui que produisent les fourmis pour se défendre contre les parasites g, pas de loque américaine, pas de teigne..
    Alors où est le problème ?.
    Le problème est que les petits cadavres sont absents de la scène désolante.
    Ouf, l'honneur est sauf. On va pouvoir continuer à pulvériser en rond...
    Bien sûr vous me direz qu'il y a l'être humain.
    Au passage lui aussi perd la mémoire...
    Au fait qu'est ce que je disais il y a cinq minutes ?
    Ah oui :
    Vous avez dit Alzheimer, docteur Watson ?
    Qu'allez-vous penser ?
    Vous n'allez pas quand même accuser les pesticides ? Ils sont sans danger voyons !
    Un petit verre de glyphosate ?
    Non !
    Cessez !
    Ôtez moi de la vue ce bidon que je ne saurais voir !

  • Hellboy460

    Penser que l'utilisation des pesticides est l'unique cause de la baisse des essaims et certainement très réducteur parce que pendant ce temps là aux Etats Unis, d'après le mensuel "Reason" :
    "En 2016, il y avait 2,78 millions de colonies d’abeilles aux États-Unis soit 16 % de plus qu’en 2006, année de début du syndrome. En fait, il y a davantage de colonies dans le pays aujourd’hui."
    "Depuis la fin des années 1860, les États-Unis ont connu 23 épisodes majeurs d’effondrement des colonies d’abeilles. Parmi les menaces les plus récentes, citons le varroa destructor et l’acarapis woodi, deux acariens parasites des abeilles qui firent leur première apparition en Amérique du Nord dans les années 1980"
    Donc l'effondrement des colonies d'abeille est récurent sur la planète, mais on préfère faire peur, toujours faire peur c'est la base...

  • Booldoog

    Bonne décision ! Est-il juste de supposer que Nicolas Hulot n'y est pour rien ?

Retourner à l’article