Nantes: Au Hangar à bananes, la sécurité pose encore question

SOCIETE Le lieu festif de la pointe ouest de l'île de Nantes a ouvert ses portes il y a dix ans...

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • flotch

    Combien faut-il de morts pour que la mairie se décide à prendre ses responsabilités ? S'il y a des barrières devant les boites, après il n'y en a pas.
    La mairie doit assurer la sécurité des bords de Loire, elle a une lourde responsabilité à refuser de faire le necessaire.

    • Pistouline

      La collectivité ne peut pas monter des murailles en bord de fleuves sous prétexte que les marques d'alcool fort et les établissements de nuits conditionnent les jeunes à boire comme des trous notamment avec la mode du binge drinking qui ne consiste pas à boire de l'alcool entre amis pour s'amuser en boite mais descendre des litres d'alcool à la bouteille pour être plus rapidement aux portes du coma éthylique. C'est quand même logique que ce soit ceux qui les mettent dans cet état qui s'assurent de la sécurité de leurs clients à la sorties de leurs établissements !

  • worstclem

    lharicot59 : "dommage que l'on ne sache plus s'amuser sans forcément boire"
    C'est bien sûr un problème, mais la génération de mes parents (jeunes dans les années 70-80) buvaient également souvent dans les bars, les fêtes de villages et autres, et prenaient beaucoup plus souvent le volant saoûls qu'aujourd'hui.
    Bref, le problème de l'alcoolisation excessive n'est pas lié à l'époque actuelle.

    • vivement2main

      À cette époque on buvait et des fois on était bourrés, aujourd’hui on fait comme les Anglais on se bourre avec des shooters d’alcool fort et le premier qui nage dans vomi est applaudi. Donc avant on avait les conséquences d’avoir trop bu, aujourd’hui on recherche à être bourré

  • micmors38

    Nantes n'est elle pas la ville d'un ancien premier ministre sous Hollande qui se targuait de nous donner des leçons

    • Pascal44

      Des poivrots, il en existe malheureusement partout, dans les villes gérées aussi bien par la gauche que par la droite, ainsi que dans celles gérées par des maires "sans étiquette", y compris dans les villes dont les premiers édiles s'érigent souvent en donneurs de leçons qu'elle que soit leur couleur politique...

  • lharicot59

    Bin oui, quand on contient un litre, on en bois pas 2. Le problème éternel de l'ivresse. dommage que l'on ne sache plus s'amuser sans forcément boire.

  • Yapudjoie

    Le problème c'est le besoin débile de certains de faire toujours plus fort dans l'alcoolisation avec la complicité de ceux qui veulent toujours plus de profit.

Retourner à l’article