Comment Rennes va économiser 500.000 euros en se séparant de Microsoft

NUMERIQUE La municipalité va changer son service de boîte mail…

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • farlonger

    J'utilise Zimbra depuis des années. Je ne comprends pas comment une commune peut dépenser autant d'argent pour des logiciels. Tu m'étonnes que Bill Gates se fait de l'argent.... avec celui du contribuable !

  • slide95

    Même les députés y sont parvenus pendant au moins une mandature. Et il s'agit pour un certain nombre d'une population cultivée mais pas toujours jeune, pas toujours moderne...
    Le soucis numéro 1 sera sur la compta, puisque la loi Française met des contraintes sur les logiciels de comptabilité auxquelles un seul éditeur de logiciel libre sait aujourd'hui se conformer. Mais une loi ça se change.

  • staccato

    Heu... il suffisait d'avoir des gens compétents! les entreprises fuient les solutions mails de Microsoft depuis des années tant elles sont chères, lourdes et vulnérables.

    La mairie de Rennes semble découvrir l'eau chaude!

  • Lyana

    Pourquoi lancer une étude pour la bureautique ? Beaucoup d'administrations utilisent déjà LibreOffice, comme sans doute la plupart des particuliers.

    • Rileyrrr

      Parce que le contrat n'est probablement pas expiré et qu'il vaut mieux anticipé les étapes d'un déploiement d'une nouvelle solution. Regarder si il n'y a pas une macro Excel, des modèles de doc, de présentation,.... qui traîne. Pour les adapter ou faire développer afin que tout soit pris en compte dans le coût et pour que le déploiement se passe bien.

    • Lyana

      Mais c'est gratuit. Ce qui signifie que beaucoup d'employés de la ville l'utilisent sans doute déjà et qu'il n'y a aucun coût à l'installer en parallèle pour basculer en finesse.

    • Lyana

      C'est le mal de l'administration. Il suffit d'installer LibreOffice et de pousser les employés à l'utiliser en leur disant que la licence MS ne sera pas renouvelé. Ceux qui en ont une utilisation basique, c'est-à-dire la plupart, ne verront pas de différence. Les autres devront s'y faire et pour ça ils auront un temps de transition ou ils auront les 2. Et si vraiment ça dérange, il suffit de prolonger d'un an la licence pour quelques postes ou ça fait beaucoup de changements. Pas besoin de faire une étude qui risque de prendre des plombes et de coûter plus cher que la transition !

    • staccato

      zimbra est une solutions très répandue en entreprise. La différence, c'est que le privé essaye de gérer ses dépense, et d'éviter la gabegie...

    • blablabubu

      @Lyana Il n'y a pas que l'administration, toute entreprise ayant de gros enjeux de volumétrie fera une étude. Un changement de cette taille nécessite une étude préalable si l'on souhaite un système qui fonctionne (auprès des utilisateurs et techniquement) lors de la bascule définitive.

      Pour terminer, l'administration est sûrement bien plus en avance que le privé sur la question des les logiciels libres vu l'emprise de MS office (désolé je n'ai pas de chiffre à l'appui).

  • Hjiaj

    Excellente initiative à ce rythme on va reconstruire la france avec l'argent de Bill Gate

  • elegia

    sebastien31 la fonctionnaire que je suis utilise openoffice depuis une dizaine d'année, nous sommes passés en dématérialisation complète pour nos échanges avec la préfecture et la trésorerie (envoi de flux xml), je ne suis pas bien sûre que la majorité des entreprises privées puissent en dire autant, mais bon je me trompe peut-être vous m'excuserez je suis une fonctionnaire donc un peu neuneu

    • sebastien31

      Bonjour elegia, vous avez raison, et excusez moi pour avoir cité 'fonctionnaires', c'est encore plus vrai dans toutes les entreprises privés, où tout le monde est prisonnier de Windows, et ne peut (veut) pas en changer.

  • BlancheNeige

    J'utilise des micro ordinateurs depuis 1976, je n'ai jamais utilisé Microsoft comme OS. On peut encore échapper au Big Brother!

    • LeTrouillophobe

      Eh bien, là, vous m'intéressez : vous conseillez quoi ?

  • sebastien31

    Bravo. Mais ça aurait pu être fait il y a 10 ans.... j'attend de voir la tête des fonctionnaires quand il faudra change l'OS !

    • facebook-22f39833

      Ce n'est pas très compliqué la plupart des linux sont très faciles à utiliser et tu peux avoir un look +/- windows

    • sebastien31

      Bonjour facebook-22f39833, oui ce n'est pas compliqué, mais aucune (ou très peu) entreprise n'ose passer sous une distribution linux facile à utiliser.

  • papa751

    il ne faut pas hésiter une seule seconde. Les open-source sont plus fiable, plus rapide et...GRATUIT !!!

    • Pwol

      Les couts cachés sont dans l'administration des systèmes et dans la formation des utilisateurs.

    • noelson

      Gratuit, vous bossez gratuitement vous ? l'Open source n'est pas plus fiable car exposé à tous, je suppose que vous ne contribué pas au développement de l'Open source donc, vous êtes juste un profiteur. Je suis pas contre à l'ouverture de l'Open au contraire mais ce qui me dérange c'est qu'étant développeur ça me débecte de voir qu'on inculque le gratuit.

    • Lyana

      Heu... ils sont gratuits et c'est déjà ça. Pour le reste c'est votre avis, et c'est purement subjectif !

      @noelson : Oui, on bosse (presque) tous gratuitement. Ne confondez pas travail et emploi. Le travail est bien plus large.

    • PouetPouet

      Oui parce qu'on voit très bien que tous les utilisateurs sont à l'aise avec les logiciels microsoft et qu'il y a zero besoin de formation...
      Et l'exposition à tous, ça permet de ne pas cacher des failles aux yeux de tous. C'est à double tranchant.

    • facebook-22f39833

      @pouetpouet la suite bureautique de microsoft change constamment ses menus de place d'une version à l'autre, donc il faut aussi reformer les utilisateurs (vs libreoffice)

  • johnabc

    c'est bien il était temps que les municipalités regardent leurs coûts plutôt que de se plaindre de la baisse des dotations

Retourner à l’article