Présidentielle: Et si les primaires avaient affaibli les partis et leurs candidats?

POLITIQUE Les primaires organisées par des « partis affaiblis » seraient-elles pour le meilleur ou pour le pire pour la présidentielle?…

— 

Alain Juppé et François Fillon, le soir de la victoire de François Fillon à la primaire à droite, le 27 novembre 2016 à Paris.
Alain Juppé et François Fillon, le soir de la victoire de François Fillon à la primaire à droite, le 27 novembre 2016 à Paris. — Christophe Ena/AP/SIPA

Retourner à l’article