Paris: «Le coupable, c’est moi. La victime, la RATP. Mais il y a des limites», estime le tagueur Azyle

INTERVIEW Condamné en première instance à 195.000 euros de dommages et intérêts, le tagueur Azyle ne conteste pas les faits mais la méthode. Son procès en appel s’ouvre mercredi…

—