Les révélations des Anonymous sur le Ku Klux Klan tournent au fiasco

HACKING La liste de 1.000 noms publiée ne contient aucune révélation...

— 

Un membre des Fraternal White Knights of the Ku Klux Klan, en juillet 2011, à Pulaski (Tennessee).
Un membre des Fraternal White Knights of the Ku Klux Klan, en juillet 2011, à Pulaski (Tennessee). — SPENCER PLATT/AFP

Retourner à l’article