Plainte contre les médecins: Les sept questions que vous vous posez sur les personnes intersexuées

SANTE « 20 Minutes » revient sur le sort des personnes intersexuées alors que l’une d’entre elles vient de déposer plainte au pénal contre les médecins qui l’ont opérée afin de « devenir » un homme…

— 

  • Le commentaire doit comporter 2 à 5000 caractères.
  • Le commentaire ne doit pas comporter de liens externes à 20 Minutes.

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires

  • max itonni

    effectivement, le probleme est complexe. que cette attaque devant tribunaux permette de soulever le probleme et lui donner une solution, tres bien, meme si cette personne a 38 ans. mais elle agit un peu tard quand meme . il semble qu il soit preferable , pour toutes les raisons exposées, d operer le plus tot possible. mais les cas concernés preferent choisir eux memes, cad avoir un certain age de raison pour décider. ......monter une cellule spécialisée pour suivre ces cas avec une relation etroite medecin-parent-enfant serait trop demander? c est terriblement complexe. cela ne peut se faire qu au cas par cas..... en tout cas, c est tres instructif et interroge: et si cela arrivait à nos enfants? moi il me faudrait un sacré temps de reflexion . comment en parler? à mon enfant, avec le toubib......bouhhhhh

  • BNBP

    « Il y en a tout de même de moins en moins, assure Antoine Faix. Avec l’amélioration des diagnostics prénataux, les médecins ont du mal à passer à côté de tels cas. »
    Quelqu'un peut m'expliquer ?
    Bref, si c'est ce que je crois, c'est sûr que ça supprime les risques de procès ultérieurs !! Mais pas certain par contre que l'actuel plaignant aurait préféré !

    • pomlnb

      Oui, c'est en grande partie ce que vous pensez... Bon, il y a aussi que ça permet aux parents d'être prêts et de réfléchir avant, en prenant plusieurs avis, au lieu de tout faire dans l'urgence et dans l'émotion de l'accouchement.

  • r_o_u_k

    Le message de pomlnb devrait être dans l'article. Merci pour toutes ces précisions.

  • Yobiwan

    On va se retrouver dans une situation où ce seront les avocats et non plus les medecins qui vont prendre les decisions! Mais où va-t-on?!

    • yatropdec

      non ce sont aux concernés de prendre la décision quand il n'y a pas de risque pour leur santé

    • ctencorepossible

      La décision devrait d'abord et surtout être prise par la personne concernée.

  • SanchanBCN

    Pourquoi sont les médecins si pressés d'opérer? Il y a de nombreux cas de changement de sexe qui eux ne se font qu'à l'âge adulte...
    De petite à la plage, en Espagne, j'avais vu un hermaphrodite (pas opéré) avec un groupe d'amis. Une personne entre autres. Il ne me semblait pas malheureux de ne pas avoir penché pour un gendre ou l'autre.
    Ah, enfin une bonne action de M Hollande.

  • didake7

    Encore de nombreuses questions a se poser sur le sexe des anges...

  • bakachu

    Lonewolf : plusieurs causes possible : dérèglement hormonal ou chromosomique en effet ( au lieu d’être XX ou XY ils vont être XXY , XXXY , XXYY , syndrome de klinefelter )

    • 06nico

      Merci pour votre éclairage. C’est dans l’article que j’aurais cru trouver cet info.

  • coffrapattes

    C'est quand même pas simple de juger! D'un point de vue médical, il vaut mieux opérer tôt pour que la suite des opérations se passe le mieux possible, de l'autre, il faut attendre que l'enfant développe son coté masculin ou féminin avant de décider...
    Comment faire au mieux pour la personne?

    • ctencorepossible

      Le médecin, dans l'article, nous dit en gros qu'il vaut mieux opérer à la naissance plutôt qu'attendre la majorité de l'enfant car des pathologies risquent de se développer.
      Je trouve ce médecin un peu radical. On peut envisager l'opération à un âge où l'enfant aura commencé à exprimer des préférences de genre. Mais pour ça, il faudrait que les parents de ces enfants ne les aient pas conditionnés à être garçon ou fille.

    • garsdu26

      il me semble logique que les parents décident pour un enfant.

    • ctencorepossible

      Ce seront de toute façon les parents qui décideront puisqu'ils ont l'autorité parentale. Mais cette décision devrait toujours être prise dans l'intérêt de l'enfant et non se dire par exemple : "j'ai déjà eu 2 garçons, celui-ci sera une fille".

  • LoneWolf

    Mais j'avoue ne pas très bien comprendre...
    On parle de développements simultanés d'appareils génitaux à la fois masculins (pénis) et féminins (vagin), ce qui rendrait impossible la détermination du sexe d'une personne. On est plus sur le terrain d'une anomalie physiologique.
    Mais d'un point de vue génétique, une personne est définie de par ses chromosomes comme mâle (XY) ou femelle (XX).
    L'ambigüité existe-t-elle également au niveau chromosomique ?

    • Kirito92

      Postulat erroné : la 21ème paire chromosomique n'est pas nécessairement XX ou XY. Voir syndrome de Turner, Klinefelter ou encore 47.

    • pomlnb

      Les chromosomes ne font que déterminer le sexe chromosomiques. Le sexe génital est plus complexe que ça. Il faut comprendre que le pénis et le vagin sont tous les deux codés dans le patrimoine des deux sexes. La détermination n'est pas génétique, mais bien hormonale : sous l'influence des hormones pendant le développement embryonnaire, les organes se spécialisent en mâle ou femelle. Les XX ou XY ne vont que coder les testicules ou les ovaires/utérus, pas le pénis ou le vagin.
      Partant de là, vous avez :
      - des trisomies sexuelles qui peuvent donner des ambiguités, comme le note Kirito
      - la formation des testicules est gouverné par un seul gène, le SRY. Il est généralement sur le Y, mais il peut aussi migrer sur le X ou être absent du Y. Du coup, vous avez des hommes XX ou des femmes XY, qui sont totalement déterminés dans leur sexe et ignorent leur anomalie
      - des individus mosaïques, qui sont en fait un mélange du patrimoine de deux individus (jumeau absorbé). Des fois, le mélange est intégrale, des fois c'est par organe - vous pouvez par exemple ne pas pouvoir matcher génétiquement la salive et le sperme chez un individu (il y a un précédent dans les anales criminels d'un coupable qui avait échappé à la justice comme ça). Vous pouvez avoir une mosaïque XX,XY - donc un mélange des deux sexes, ou hermaphrodisme vrai
      - vous pouvez être XY, avec une production normale de testostérone mais une insensibilité partielle ou totale à la testostérone (ce sont des gènes qui ne sont pas sur les chromosomes sexuels). Si c'est une insensibilité totale, vous avez une femme très féminine (les femmes normales sont toujours un peu sensibles, d'où l'augmentation du système pileux à la ménopause), avec un vagin mais sans utérus. Avec une sensibilité partielle, vous aurez un mélange des deux sexes.
      Donc, oui, il y a bien des ambiguïtés chromosomiques réelles. Mais de toute façon, les chromosomes ne sont qu'une brique dans la construction du genre, surtout en cas d’ambiguïté physiologique.

  • Sylvain03

    Pourrait il ce fécondait eux memes Tomber en ceinte d'eux meme ?

    • Guizmo1986

      C'est expliqué dans l'article que la majorité des personnes intersexuées n'ont pas deux organes génitaux fonctionnels. Donc non.

  • Lyana

    Le spécialiste déclare qu'il est préférable d'opérer dès la naissance, afin de leur imposer un sexe et pour éviter qu'ils ne développent des troubles, mais quand on lui pose la question de leur sexualité il avoue qu'ils ont des problèmes et sont globalement peu heureux.

    • pomlnb

      C'est normal, c'est un chirurgien. Si vous les fréquentez, vous savez qu'ils n'ont pas de recul. Le succès de l'opération se mesure quand le patient quitte l'hôpital, ou, éventuellement pour les plus consciencieux, lors du suivi quelques mois après.
      Demandez aux médecins des centres de rééducation, ils auront une vision différente. Demandez aux kinés, qui font du long terme, ils auront encore une autre vision.
      Franchement, sur ce genre de débat, il ne faut certainement pas interroger les chirurgiens ! Si on veut un avis médical, il faut interroger les psychiatres ou les endocrinologues, ce sont eux qui font le suivi sur des décennies...
      Et même eux ont une vision déformée, parce que les patients qui vont vraiment très mal ne vont généralement plus du tout voir les médecins et disparaissent donc de leur champs de vision...

  • VivianeM

    J'avais dans la tête 1,7 pour dix mille non 1,7 pour cent. Cela correspond à ce que la sage-femme m'avais dit à la maternité quand j'ai demandé pourquoi il y a une case indéterminée sur le carnet de naissance. Elle m'avait répondu que c'était dans le cas où il y avait une ambiguïté sexuelle qui demandait des analyses supplémentaires. Dans un établissement qui traitait 1000 naissances par an, elle n'avait rencontré qu'un seul cas.
    Dans un tiers de ces cas, il est impossible de déterminer un sexe.
    J'aimerai savoir ce que la manif pour tous suggère de faire de ces bébés.

    • Lyana

      Il ne faut pas faire une généralité d'un cas particulier. Les estimations varient entre 1 et 4%.

    • ctencorepossible

      "..1,7 % de la population est concernée par des dérèglements de ce type."
      Ce chiffre me semble quand même énorme. A l'échelle de la France, cela concernerait environ 1 million de personnes. On est très loin des 200 à 4 000 cas évoqués juste avant dans l'article.

Retourner à l’article