Germanwings: un mois après le crash, l'identification des corps se poursuit

— 

Un membre de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie (IRCGN) travaille à l'identification ADN des victimes du crash de l'A320 de la Germanwings, dans un laboratoire de Pontoise le 30 mars 2015
Un membre de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie (IRCGN) travaille à l'identification ADN des victimes du crash de l'A320 de la Germanwings, dans un laboratoire de Pontoise le 30 mars 2015 — CHRISTOPHE ENA POOL

Retourner à l’article