Police: le matricule passe inaperçu dans les cités

— 

Milieu d'après-midi, hall du "29 Ravel" à Sarcelles (Val-d'Oise), trois adolescents squattent. L'un d'eux fume un joint. Contrôle policier tendu. La routine pour le brigadier Debaer, qui porte sans conviction un numéro d'identification, un dispositif censé permettre de retisser du lien avec la population.
Milieu d'après-midi, hall du "29 Ravel" à Sarcelles (Val-d'Oise), trois adolescents squattent. L'un d'eux fume un joint. Contrôle policier tendu. La routine pour le brigadier Debaer, qui porte sans conviction un numéro d'identification, un dispositif censé permettre de retisser du lien avec la population. — Patrick Kovarik AFP

Retourner à l’article