Renault: «Il ne doit pas y avoir de chantage» dans la négociation, dit Sapin

SOCIAL Le ministre du Travail, Michel Sapin, a déclaré mercredi sur RTL qu'«il ne devait pas y avoir de chantage» dans la négociation entre la direction de Renault et les syndicats sur un éventuel accord de compétitivité...

— 

Le gouvernement a fait monter au front mercredi deux de ses poids lourds, Pierre Moscovici et Michel Sapin, pour réaffirmer son opposition à tout "chantage" aux fermetures de sites dans la négociation sur un accord de compétitivité chez Renault.
Le gouvernement a fait monter au front mercredi deux de ses poids lourds, Pierre Moscovici et Michel Sapin, pour réaffirmer son opposition à tout "chantage" aux fermetures de sites dans la négociation sur un accord de compétitivité chez Renault. — Bertrand Guay afp.com

Retourner à l’article