Scoop ! La harpe à vent existe vraiment

©2006 20 minutes

— 

Scoop ! La harpe à vent existe vraiment

A l'attention de Philippe, de Chelles : la définition des mots fléchés, qu'il incrimine dans l'édition du 27 février de 20 Minutes, faisait allusion aux harpes éoliennes, instrument mythique trouvant ses sources dans des légendes grecques, mais que l'on a fabriqués dès 1650 en Europe. Leur apogée se situe au xviiie siècle et au début du xixe siècle. Cependant on en fait encore de nos jours. C'est un instrument à vent car... c'est précisément le vent qui en joue. Il ne s'agit nullement d'essayer soi-même de souffler dedans ! Elles produisent une sonorité étrange et très prenante.
Brigitte, Châtillon (e-mail)

Médias et médicaments

Si le moustique envahissait le sud de la métropole, cela fait bien longtemps que des mesures efficaces auraient été prises. Une infirmière dans les montagnes à la Réunion déclarait : « Voilà des semaines que je réclame des médicaments, et comme par enchantement je les reçois quand les médias sont là. » J'ai honte du comportement de nos dirigeants.
Agnès (www.20minutes.fr)

Chikungunya en métropole

Pas de risque de chikungunya en métropole, nous disent les spécialistes ? On croit rêver... Le moustique aedes albopictus, sain actuellement, existe depuis sept ans environ dans l'Orne, la Seine-et-Marne, le Vald'Oise, et, entre Nice et Menton depuis un an. Attendons les prochaines augmentations de température...
Moukatali, Bordeaux (e-mail)

Si Bordeaux était touchée

La polémique sur l'inaction du gouvernement face à l'épidémie est justifiée. Si Bordeaux ou une autre ville de métropole était touchée, ce serait un drame relayé sept jours sur sept par toutes les télés. A part le tourisme, on s'en tape de la Réunion. Déplorable.
Inak (www.20minutes.fr)

Insupportables supporteurs

Les supporteurs de football ne sont ni plus ni moins qu'une fraction de la population française. Si vous trouvez des racistes et des cons dans un stade, c'est que vous les retrouverez dans la rue, dans vos villes et peut-être même dans votre immeuble. Le débat doit plutôt porter sur les actions judiciaires à mener face à ces débordements extrémistes, mais également sur la réalité sociale qu'ils reflètent.
Marc (www.20minutes.fr)

La vache folle ne nous a pas tous tués, la tremblante du mouton existe depuis toujours, le Sras a fait un bide médiatique. Les exemples sont nombreux de paranoïa collective ou médiatique. Le vrai risque, est de réagir sans s'instruire sur le sujet Marc (www.20minutes.fr)