Un jury citoyen pour Georges Frêche!

©2006 20 minutes

— 

Si cela vous a échappé, Ségolène Royal est désormais la candidate officielle du PS, après une précampagne à bousculer les éléphants. Notamment en vantant les mérites de nouveautés que certains ont un peu vite comparées à des gadgets. Ainsi, la candidate a-t-elle expliqué qu'il fallait davantage écouter les citoyens. Appelant même, dans un tollé étonnant, à l'organisation de jurys – citoyens ou populaires selon les jours – pour surveiller l'action des élus. Elle a également proposé des référendums citoyens. Et n'a cessé de chanter les louanges d'une réelle démocratie participative. Ségolène Royal a aussi osé dire tout haut qu'elle n'avait pas forcément réponse à tout. Et qu'elle était prête à écouter ce qui remonte du pays. Alors puisqu'elle prétend vouloir nous entendre, je vais saisir la perche tendue. Il ne m'apparaît, en effet, pas nécessaire d'être un militant de vingt ans d'âge ou l'un de ces fameux adhérents à 20 e, encore moins un cadre du parti, pour obtenir d'elle un simple geste porteur d'un vrai message.

Je demande à la première des socialistes de s'engager clairement – comme plusieurs de ses « camarades » l'ont fait (Jack Lang, Bertrand Delanoë...) – pour l'exclusion de Georges Frêche du PS. La semaine dernière, le président de la région Languedoc-Roussillon a lâché, en parlant des footballeurs de l'équipe de France : « Dans cette équipe il y a neuf Blacks sur onze. La normalité serait qu'il y en ait trois ou quatre. Ce serait le reflet de la société. Mais là, s'il y en a autant, c'est parce que les Blancs sont nuls. J'ai honte pour ce pays. Bientôt, il y aura onze Blacks. Quand je vois certaines équipes de foot, ça me fait de la peine. » Certes, Ségolène Royal a fustigé ces propos dès vendredi, les jugeant « extrêmement graves ». Mais, alors pas encore élue, elle a aussitôt précisé : « Ce sera au PS de prendre une décision. » C'est très insuffisant.

La nouvelle « patronne » a là une belle occasion d'asseoir son pouvoir en pesant sur les instances de son parti pour qu'elles excluent le récidiviste (il admonesta déjà les harkis en des termes aussi injurieux). Et ce en dépit du nombre important de voix apportées par la Septimanie (l'élu du Sud voulut un temps ainsi nommer sa région). Ségolène Royal montrerait ainsi à l'opinion – qui lui est donc si chère... – qu'elle ne se comporte pas comme Nicolas Sarkozy. Ce dernier a réclamé, en effet, l'exclusion de Georges Frêche. Mais le même a-t-il demandé au président de l'UMP (un certain Nicolas Sarkozy...) d'exclure le maire de Montfermeil, Xavier Lemoine, ou Eric Raoult pour leurs propos outranciers répétés sur les étrangers, ou le député Christian Vanneste, poursuivi pour des propos homophobes ? Vous avez dit cohérence !