En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Les restes carbonisés d'un bombardier B-17 de la Seconde Guerre mondiale qui s'est écrasé à l'aéroport de Bradley International, dans le Connecticut, le 2 octobre 2019. — Jessica Hill/AP/SIPA

ACCIDENT

Etats-Unis : Au moins 7 morts dans le crash d’un avion de la Seconde Guerre mondiale

Il y avait 13 personnes à bord de ce bombardier B-17, qui participait à une exposition dans le Connecticut

Un bombardier de la Seconde Guerre mondiale s’est écrasé peu de temps après son décollage à l’aéroport Bradley International dans le Connecticut, dans l’est des Etats-Unis, mercredi matin. « Il y a plusieurs morts », a précisé le commissaire James Rovella. Selon la chaîne NBC, il y a au moins 7 victimes.

Selon les autorités, il y avait 13 personnes à bord. Au moins 6 ont été hospitalisées, dont 3 dans un état critique, précise la chaîne NBC. L’appareil, un bombardier B-17, participait à une exposition d’avions de la Seconde Guerre mondiale. Il était exploité par la fondation Collings, qui embarque régulièrement du public pour voler à bord de vieux avions.

Dans un extrait de conversation entre le pilote et la tour de contrôle de l’aéroport, mis en ligne par certains médias, on entend le pilote demander, peu après le décollage, de pouvoir atterrir d’urgence à cause d’un problème de moteur.

18 B-17 encore autorisés à voler

Lors de la conférence de presse, le sénateur du Connecticut Richard Blumenthal a souligné qu’il y avait seulement au total 18 bombardiers B-17, surnommés « forteresses volantes » et fabriqués à plus de 10.000 exemplaires à l’origine, qui volaient encore aux Etats-Unis.

« La tragédie qui a eu lieu ici pourrait être source de leçons pour tous ceux qui font encore voler ces appareils », a souligné le sénateur. « Ce sont des avions d’époque qui ont besoin d’être entretenus correctement, et s’il s’avère que des défauts ou une maintenance défectueuse ont causé l’accident. »

Une équipe d’enquêteurs de l’Agence nationale de sécurité dans les transports (NTSB) est arrivée sur place mercredi après-midi, et a immédiatement commencé à examiner le site de l’accident, appelant le public à envoyer des photos de toutes les étapes du vol qui pourraient aider à en trouver la cause. L’une des responsables de l’équipe a indiqué que les enquêteurs allaient notamment établir rapidement à quelles inspections étaient soumis ces vieux appareils, et s’il y avait lieu d’émettre d’urgence des recommandations de sécurité.

À la une