En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Intervention des pompiers après l'explosion d'un colis piégé à Lyon, le 24 mai 2019. Sept personnes ont été blessées. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

TERRORISME

Attentat de Lyon: Le suspect admet avoir fait allégeance à Daesh

Le suspect de l'explosion de Lyon est passé aux aveux jeudi lors de la garde à vue

Mohamed Hichem M., l’Algérien de 24 ans soupçonné d’avoir fait exploser un colis piégé à Lyon vendredi, a admis devant les enquêteurs avoir fait allégeance au groupe Etat islamique, a-t-on appris jeudi de source judiciaire, confirmant une information de TF1/LCI.

Selon une autre source qui s’est confiée à l’agence de presse Reuters, le jeune homme a indiqué qu’il voulait «faire monter le vote populiste et raciste avant les élections européennes» «afin de pousser les musulmans à la révolte» en France.

« Peu coopératif » au début de sa garde à vue, le suspect a fini par délivrer quelques informations, passant petit à petit aux aveux. La veille, il avait reconnu avoir fabriqué le colis piégé dont l’explosion a fait 13 blessés légers, vendredi après-midi dans le centre de Lyon.

Radicalisation sur Internet ?

Venu rejoindre ses parents en France malgré le rejet de sa demande de visa, Mohamed Hichem M, n’était pas connu des enquêteurs et encore moins fiché S. Il n’est jamais parti en Syrie ou en Irak et ne fréquentait pas non plus de mosquée salafiste sur la région lyonnaise. Il aurait pu se radicaliser notamment par le biais de ses connexions Internet. L’exploitation du matériel informatique saisi au cours des perquisitions a « mis en évidence des recherches sur le web relatives au jihad et à la fabrication d’engins explosifs ».

Sa garde à vue et celle de son frère se poursuivaient jeudi dans les locaux des services antiterroristes à Levallois-Perret, près de Paris, tandis que celles de leurs parents ont été levées en début d’après-midi, « en l’absence d’élément les incriminant à ce stade », a indiqué par ailleurs le parquet de Paris.

 

À la une