Porto, la culture entre deux rives

©2006 20 minutes

— 

Sur le fleuve Douro glissent encore les navires de bois qui acheminaient des fûts jusqu'à l'Océan Atlantique. Les vins, Sandeman, Ramos Pinto, etc. ont fait la réputation de Porto. Les chais de Vila Nova de Gaia, sur la rive gauche de la ville, en témoignent toujours. Mais Porto n'est pas restée figée dans ses bouteilles. La voici qui se façonne une vie culturelle. La Casa da Música, inaugurée l'an dernier, programme des concerts dans deux auditoriums de très haute qualité acoustique. L'édifice seul est une curiosité, un « rocher » avant-gardiste. C'est dans un patrimoine ancien, en revanche, que s'est installé le Centro Portugués de Fotografia : la prison de la cour d'appel (xviiie siècle). Photos d'art et d'archives s'exposent dans les cellules et un étage réunit 3 600 appareils photos. Il fait bon, ensuite, flâner dans le centre historique. Pour admirer les églises ornées d'azulejos, et les chefs d'oeuvre baroques, néoclassiques et rococos classés par l'Unesco. On descend jusqu'au Douro à travers un dédale de ruelles, où alternent la grisaille de la pierre et les couleurs vives. Les enfants jouent au football, les artisans vendent leurs bijoux et leurs céramiques, les épiciers leurs beignets de morue... Direction les beaux quartiers pour un rendez-vous de plus en plus populaire le dimanche : la très design Fundaçao Serralves dédiée à l'art contemporain et le nostalgique musée des Arts décoratifs.

Le soir, au café Majestic, on goûte à la franceshina (fromage, viande, pain, sauce piquante) dans une ambiance années 1920. A moins de choisir les rives branchées du Douro, avec vue sur le fleuve et mouettes en prime.

Maya Blanc

Renseignements : Office du tourisme du Portugal au 01 56 88 31 90 et www .visitportugal.com Vols quotidiens TAP Portugal et RyanAir. Portugal, Guide Evasion, Hachette, 2006.