Marie Henry, Gauguin et ses amis...

©2006 20 minutes

— 

S'il est aisé de suivre les traces de Gauguin à Pont-Aven, la Maison Marie-Henry, au Pouldu, se mérite. En contemplant la jolie plage de ce village finistérien, on comprend pourquoi le peintre et ses amis s'y réfugièrent, lassés par l'agitation de Pont-Aven. « La théorie, c'était à Pont-Aven. La peinture, ce fut au Pouldu », résume la guide, truculente.

Reconstituée avec brio à dix mètres de la « Buvette de la plage » originelle, dans une maison jumelle de la même époque, la Maison Marie-Henry fait revivre la bohème de ces artistes avant-gardistes. Arrivés dans l'auberge en 1889, les peintres ont trouvé dans les paysages de Cornouaille une source inépuisable d'inspiration. Après avoir traversé la cuisine, on imagine les discussions devant le zinc où, pour un peu, on sentirait presque l'odeur du « café bouillu » et de l'absinthe. Mais le vrai choc se produit dans la salle à manger, décorée du sol au plafond, vitres comprises, par Gauguin et ses disciples. Grâce aux photos d'époque, les oeuvres, reproduites à taille réelle, ont retrouvé leur place d'origine. A l'étage, on accède à la chambre à coucher de Marie Henry, qui maternait ses hôtes en tirant habilement parti de leur talent... Une incursion dans la chambre de Paul Sérusier, puis l'on s'engage dans l'antre que Gauguin choisit pour sa vue sur l'océan. Depuis la maison, qui abrite aussi des expositions temporaires, deux boucles (2 ou 5 km), jalonnées de bornes explicatives, vous mènent sur les lieux d'inspiration des peintres. On peut les arpenter un carnet en main, tout en profitant des embruns !

Catherine Levesque

Maison Marie-Henry, au Pouldu, à Clohars-Carnoët. Ouvert du jeudi au dimanche jusqu'au 12 novembre. Visites guidées à 14 h 30, 15 h 30 et 16 h 30. 4,50 euros . Tél. : 02 98 39 9851.