Après le burger, on devrait trouver bientôt d'innombrables déclinaisons de hot-dogs créatifs à la carte des bistrots.
Après le burger, on devrait trouver bientôt d'innombrables déclinaisons de hot-dogs créatifs à la carte des bistrots. —

le hot-dog réchauffe la carte de la rentrée

Tendance

Le journaliste Emmanuel Rubin signe Délices d'initiés, un dictionnaire « rock, historique et politique de la gastronomie ». Où transparaissent les tendances actuelles de ce qu'on appelle la « food », expression préférée à « gastronomie », jugée vieillotte.

Goodbye burger, bienvenue au hot-dog. « Ras le bol du burger, il y a saturation », assure Rubin pour qui « la prochaine tocade branchée sera… le hot-dog ». Le restaurant Jaja, à Paris, a lancé le mouvement : une saucisse de Morteau dans une brioche avec du reblochon fondu. Côté sucré, « l'indémodable macaron façon Pierre Hermé regagne assurément du terrain face au cupcake ».
Le food truck, une mode passagère. Le succès du Camion qui fume ou de la Cantine California, qui servent de la street food améliorée dans les rues de Paris, laisse Emmanuel Rubin perplexe : « C'est une déclinaison maline du camion à pizza ou de la baraque à frites. Mais ce parisianisme ne durera pas, car ça existe déjà ! »
La bistronomie, le pas gagné.
Démocratiser la gastronomie en la rendant plus conviviale, comme le font certains chefs depuis vingt ans, est « une tendance lourde, qui a du sens. La bistronomie renvoie à une modernité tout en s'inscrivant dans le patrimoine. »
La photo s'invite au resto. De plus en plus de de gourmets photographient leurs plats au restaurant. « C'est curieux, ce phénomène de screen food. Pourquoi partager ainsi ce qu'on mange ? C'est délicieusement absurde, non ? »

Les cailles rôties d'Emmanuel Rubin

Emmanuel Rubin se dit « nul en cuisine ». Sauf… pour les cailles. « Je peux m'en préparer six d'un coup, rôties au four juste avec du sel, du poivre et un filet d'huile d'olive. Je les retourne à mi-cuisson, afin qu'elles soient doréesà l'extérieur et rosées à l'intérieur. Je m'en régale avec les doigts, sans autre accompagnement qu'un bon vin. »