Coppel dans la roue de Cadel Evans

— 

S'il a échoué à devancer le dernier vainqueur du Tour du France, Jérôme Coppel (Saur-Sojasun) a marqué les esprits, lundi. Deuxième de la première étape du Dauphiné, le Haut-Savoyard « a dû s'étonner lui-même, dixit Stéphane Heulot. Ce n'est pas un attaquant-né, et depuis quelque temps, il avait un comportement de leader ne se dévoilant pas trop. Oser faire ça, et aller jusqu'au bout… » Le manager rennais était visiblement ravi de l'initiative prise par son poulain, en compagnie d'Evans et de Kashechkin. Le trio lâcha le peloton à 3 km de la ligne, avant que l'Australien ne mette tout le monde d'accord au sprint. Un peu rageant pour Coppel, à présent 8e au général.j. g.