« Ici, pas de parcours du combattant à la française »

— 

Serge B.
32 ans, a quitté la France il y a un an pour tenter sa chance à Istanbul.
Pourquoi avoir choisi Istanbul ?
En France je travaillais dans l'immobilier, mais je sentais qu'il n'y avait pas de progression possible. J'étais coincé. Et puis, une connaissance m'a proposé de venir ici pour faire de la gestion de patrimoine. Je me suis dit : « banco ! ». C'était excitant, je ne connaissais ni le pays ni le job. Finalement, je ne suis resté que trois mois à ce poste.

Et vous êtes quand même resté ?
Bien sûr. Ici, il y a un dynamisme incroyable. On peut tout faire. Il y a plus d'ouverture d'esprit et de facilité. J'ai monté une société avec un Français rencontré ici. Nous avons importé le concept des Box Cadeau.
Le côté « Français à l'étranger »,

ça vous aide ?
Et comment ! Les Turcs sont très francophiles. Ici, les élites parlent toutes français. De plus, pour les coffrets cadeaux, la French Touch apporte le prestige. Nous véhiculons l'image du luxe, du raffinement et de la classe. C'est un avantage certain lorsqu'on vend des produits comme les nôtres.

Vous n'avez pas rencontré

de difficultés ?
Rien à voir avec le parcours du combattant à la française. Par contre, après, il faut se battre pour s'imposer. Mais à 32 ans, j'ai des opportunités et une crédibilité ici que je n'aurais jamais eues en France. Les investisseurs ne me demandent pas mon âge ou mon parcours, ils regardent le projet. recueilli par J. K.