Course-poursuite africaine

— 

Aurélien Molas.
Aurélien Molas. —

Le Nigeria au début des années 2000 : la terre est imbibée de pétrole, le trafic d'armes prospère, un mouvement naît pour libérer le pays, lui aussi gangrené par l'argent sale, et les ONG peinent à aider les habitants d'un pays défiguré. Voilà la toile de fond du nouveau roman d'Aurélien Molas, Les Fantômes du delta (Albin Michel). Action ! Et ça démarre vite, avec en guise d'enjeu une toute petite fille, Naïs. Dotée d'une caractéristique particulière, elle excite la convoitise de différents acteurs qui veulent mettre la main sur elle, au nom d'une cause, d'un gouvernement, des droits de l'homme ou de l'argent : un révolutionnaire, un marchand d'armes, un prêtre, et deux médecins de MSF qui deviennent les héros malgré eux de cette grande fresque africaine.
Aurélien Molas est apparu dans les librairies en 2010 avec La Onzième Plaie, un roman urbain choc consacré aux réseaux pédophiles. A 26 ans, il n'a rien perdu de son goût pour le page turner (livre palpitant) ni pour les sujets de fond. La question de la maltraitance des enfants l'obsède toujours ; ce fils de psychanalyste ne parvient pas à comprendre la violence faite aux enfants. C'est en tout cas avec une belle maturité qu'il parvient à conduire ce roman choral sans complaisance qui s'avale comme un film. En revanche, impossible d'ironiser sur sa construction façon « le film est déjà dans le livre », et on souhaite du talent aux éventuels scénaristes pour adapter les fils d'une telle histoire qui ne sied qu'à un vrai roman.KARINE PAPILLAUD