Agitation printanière

Éric Dourel

— 

Siphon, un polar théâtral signé Le Petit Théâtre de Pain.
Siphon, un polar théâtral signé Le Petit Théâtre de Pain. —

Les pieds en éventail, les yeux tournés vers la piste aux étoiles. A première vue, le rendez-vous, désormais incontournable, du festival l'Agit au Vert du Grand Toulouse, paraît champêtre. Voire un poil baba cool. Pas du tout : une bonne partie de la programmation qui va s'étaler sur dix soirées est résolument punk. Dans l'état d'esprit, bien sûr.

Punk is not dead
La preuve avec Le Petit Théâtre de Pain et leur spectacle Siphon. Dix acteurs, cinquante costumes pour un polar crade et tragique qui se passe dans l'univers poisseux du métro. Ca saigne, ça rit, ça fait peur, ça a tous les vices. Mais ça fait du bien. Tout comme le spectacle Addict de la compagnie Folavril. Un spectacle totalement rock'n'roll, où un groupe interprète en live les titres cultes du Velvet Underground, sur fond de projections d'images et de témoignages sur l'addiction. Etonnant. Au rayon tripes à l'air, on trouvera également le théâtre ironique et acéré de Rémi De Vos, avec son Beyrouth Hôtel, où la rencontre improbable entre un auteur de théâtre français hautain, mais tellement seul, et une jeune Libanaise qui n'a peur de rien. Au total ce sont 22 spectacles, dont des concerts, qui seront proposés.

resto

Jaco ne paye pas de mine, mais sa cuisine itinérante, inventive, pas chère et à base de produits frais, est en train de devenir culte dans le milieu. C'est lui qui va assurer la restauration des 2 000 artistes et festivaliers durant les deux semaines.