Les délicates attentions de Kiarostami au Japon

— 

L'actrice Rin Takanashi.
L'actrice Rin Takanashi. —

A Tokyo, une étudiante arrondit ses fins de mois par des passes occasionnelles. Un jour, elle est envoyée chez un vieux professeur de son université. Il lui ouvre sa porte, elle lui propose son corps. « Il n'y aura rien de sexuel dans leur relation, prévient Abbas Kiarostami. C'est d'affection dont il s'agit. » Les personnages de Someone in Love, présenté en compétition, ressemblent à ceux de Lost in Translation de Sofia Coppola. Ils n'ont aucune raison de se croiser mais ces deux solitudes vont s'attacher l'une à l'autre. Après Copie conforme, filmé en Toscane avec Juliette Binoche, c'est la deuxième fois que le cinéaste iranien tourne hors de son pays. « Parce qu'il n'est plus possible de travailler en sécurité en Iran. » Pourquoi le Japon ? « Un jour à Tokyo, j'ai croisé devant un bar une très jeune fille en robe de mariée. On m'a dit que c'était une étudiante qui se prostituait. Cette image m'a hanté au point que j'ai voulu en faire un film. » Comme à son habitude, le réalisateur a donné à ses acteurs le moins d'indications possible. « J'ai senti qu'il aimait nous voir hésiter », raconte Tadashi Okuno, qui incarne le professeur. Et comme toujours chez Kiarostami, beaucoup de scènes ont été tournées dans des habitacles de voitures. « Pour créer de l'intimité, je n'ai encore jamais trouvé mieux. »