cesson en a pleuré de joie

jeremy goujon

— 

Cesson (en rose et bleu) a fait chavirer de bonheur le chaud public du Liberté.
Cesson (en rose et bleu) a fait chavirer de bonheur le chaud public du Liberté. —

La nuit de samedi à dimanche n'a pas été courte pour tout le monde, côté cessonnais. « Dès huit heures du matin, avec le concours des bénévoles, il a fallu tout démonter au Liberté, fait ainsi remarquer le directeur général Stéphane Clémenceau. Et puis, on n'a plus 20 ans non plus (sourire). » En venant à bout de Montpellier (31-28) - la deuxième défaite de la saison, seulement, pour le mastodonte héraultais - devant plus de 4 000 spectateurs en transe, il y avait pourtant de quoi faire la fiesta jusqu'au petit matin. « Le gros moment jusqu'à présent, c'était notre montée en LNH, à Saint-Cyr [15 mai 2009]. Là, on crée l'événement, on reçoit le champion de France, et on obtient notre maintien en le battant. Au niveau émotionnel, c'est énorme. »

Une petite pique aux footeux
Certains membres de Cesson Rennes Métropole, joueurs et dirigeants compris, ont même été jusqu'à verser quelques larmes, tant le « contrecoup de la tension nerveuse » se faisait également ressentir. Face aux Guigou, Accambray et autre Gajic, les Irréductibles auront finalement fait la course en tête tout au long de la rencontre, hormis aux alentours de la 40e minute. Le moment que choisissent en général les Montpelliérains, lorsqu'ils sont accrochés, pour passer la vitesse supérieure. « Ce serait malhonnête de dire que je n'ai pas douté, avoue Clémenceau. Mais Benjmain Briffe nous a relancés avec trois missiles dans la cage de Prost, qui n'est pas le plus mauvais des gardiens. » Conquis par l'opiniâtreté des joueurs de David Christmann, le public ne pouvait qu'entrer en communion avec ses nouveaux héros. « C'était magique. Seul le sport en salle peut procurer cette ambiance. Au foot, ça va moins vite, il y a moins de rebondissements, ça paraît plus établi. Ça ne sera jamais aussi spectaculaire que le hand. » En attendant de supplanter le SRFC dans le cœur des Rennais, le CRM a encore deux rencontres à disputer, en D1. « On veut finir le plus haut possible. Terminer à la 7e place, ce serait fantastique. »

seul bémol : le retrait forcé d'hernandez-pola

« Je trouvais ça sympa, malgré tout, de l'annoncer dans ce contexte. » Sitôt la fin du match contre Montpellier, Stéphane Clémenceau a révélé aux fans la retraite anticipée du Cubain José Hernandez-Pola. « Il avait encore un an de contrat, mais il souffre d'une triple blessure à l'épaule. C'était opérable, sans aucune assurance de retour. José a donc mis un terme à sa carrière. »