Engoulvent, vainqueur malgré lui

— 

« Le maillot rose sera pratiquement impossible à défendre, surtout qu'on n'est plus que cinq dans l'équipe. Il ne faut pas se faire de films : après cette journée [dimanche], les jambes seront dures. » On a connu prise de pouvoir plus joyeuse. Le week-end passé, Jimmy Engoulvent ne se faisait guère d'illusions, quant à ses chances de remporter la 58e édition des Quatre Jours de Dunkerque. Le coureur de Saur-Sojasun a pourtant remporté, mardi, le plus beau trophée de sa carrière. Après avoir résisté la veille, sur le circuit du Mont Cassel, le Manceau a géré sans trembler l'ultime étape, autour du port. « Jimmy est quelqu'un d'extrêmement vigilant. On savait qu'il ne ferait pas de faute de métier », déclarait Stéphane Heulot, manager général d'un team rennais qui n'en finit plus d'être épatant. « C'est la continuité de notre évolution. Sans faire de bruit, ou beaucoup moins que d'autres, on grandit, avec des coureurs qui sont chez nous depuis longtemps, et qui ont évolué avec nous. » Après Poulhiès, Coppel, Simon et Hivert, à qui le tour de gagner ?j. g.