Un président et moins de protocoles

— 

Après le président « bling-bling », le président « normal » ? A de nombreuses reprises au cours de la campagne, François Hollande a évoqué son envie de modifier le protocole, une façon de prendre le contre-pied de Nicolas Sarkozy, caricaturé par les socialistes en « président du Fouquet's ». François Hollande a ainsi pour ambition de vivre en dehors de l'Elysée, dans son appartement du 15e, mais aussi de continuer à se déplacer en train. « Pourquoi un candidat pourrait prendre le train et un président qui n'est plus candidat ne pourrait plus le prendre ? », s'est-il interrogé vendredi. Restent les problèmes de sécurité, qui pourraient vite freiner les envies du nouveau chef de l'Etat.
Pour continuer à jouer la carte de la proximité et de la transparence, François Hollande s'est engagé à donner une conférence de presse tous les six mois, « en dehors de l'Elysée ». Dans les prochains jours, il va également baisser le salaire du chef de l'Etat de 30 %. Mais la principale ambition du nouveau chef de l'Etat est d'arriver à « rassembler les Français » en s'installant au-dessus des partis. Il ne recevra pas les parlementaires PS à l'Elysée et devrait multiplier dès les premiers jours de son quinquennat des appels à l'unité nationale. « Je veux aussi dire à ceux qui ne voteront pas pour moi qu'ils sont les bienvenus pour le redressement de notre pays », a-t-il insisté lors d'un de ses derniers meetings. Matthieu Goar