« Une autre époque s'ouvre »

Alexandre Sulzer

— 

A 57 ans, Nicolas Sarkozy semble vouloir tourner la page de la politique.
A 57 ans, Nicolas Sarkozy semble vouloir tourner la page de la politique. —

Jusqu'à dimanche, personne à l'UMP ou à l'Elysée ne se risquait à évoquer l'avenir de Nicolas Sarkozy en cas de défaite. La question se pose avec acuité. Il y a répondu dimanche soir. « Une autre époque s'ouvre, je resterai l'un des vôtres, mais ma place ne pourra plus être la même », a-t-il déclaré depuis la Mutualité. Le 8 mars dernier, il avait affirmé sur RMC-BFMTV qu'il mettrait un terme à sa carrière. « Je ne me mets pas dans cette perspective, mais puisque [l'on] me pose une question […] je lui dis que je ferai autre chose. Mais quoi, je ne sais pas. »

« Dans tous les cas, ce sera très bien »
Dès janvier, avant même d'être candidat, Nicolas Sarkozy avait fait courir la rumeur selon laquelle il pourrait mettre fin à sa carrière. « J'ai 57 ans, je fais de la politique depuis trente-cinq ans, j'ai un métier [avocat], je changerai complètement de vie […]. » En marge d'une interview pour 20 Minutes, à la mi-avril, il avait glissé : « Attendons de voir ce que les Français décideront [...]. Dans tous les cas, ce sera très bien. »
« C'était une non-réponse, estime le sénateur (UMP) Pierre Charon, l'un de ses proches. En réalité, il n'avait pas de plan B, à part gagner. » Même scepticisme chez Alain Minc : « S'il est battu de très peu, il est très légitime » pour reprendre les rênes de l'UMP. Hypothèse farfelue ou ballon d'essai ? L'avenir le dira.