Le manga, corps de ballet

Stéphane Leblanc

— 

Tezuka, un ballet en hommage à l'inventeur du manga moderne.
Tezuka, un ballet en hommage à l'inventeur du manga moderne. —

«Je suis un avatar de la génération Dorothée ! » A la Villette, le chorégraphe belge d'origine marocaine Sidi Larbi Cherkaoui, 36 ans, rend hommage à Osamu Tezuka (1928-1989), considéré comme l'inventeur du manga moderne. « Je connaissais ses personnages, Astro Boy ou Buddha, bien avant de découvrir son nom, dit-il. Tezuka n'est pas juste un Disney japonais, mais un artiste complet qui puise son inspiration dans la philosophie, son rapport à la nature et une humanité sans tabous, ni préjugés. »

La chance du calligraphe
Au départ, le chorégraphe s'est demandé : « De quoi est faite l'œuvre de Tezuka ? D'encre et de papier ! » Si bien qu'il a choisi, au-delà des prouesses acrobatiques d'un spectacle de danse contemporaine, de mettre en scène un calligraphe. « C'est comme un danseur, son art est dans l'instant. Il n'a qu'une seule chance. »
Sidi Larbi Cherkaoui répétait son spectacle à Tokyo en mars 2011, au moment de la catastrophe. « J'ai été invité à quitter le pays, dit-il, mais je n'ai pas pu… » Il est resté auprès de la famille et des proches de Tezuka, qui ont accueilli son spectacle « avec curiosité et bienveillance ». Le ballet est aussi imprégné de cette expérience. « Tezuka s'est lancé dans la médecine après Hiroshima. J'ai introduit la notion de bactérie dans le spectacle, car il paraît qu'elles peuvent jouer un rôle dans la décontamination de la radioactivité. »

Pratique

De 12 à 26 €. Du 9 au 19 mai à la Grande Halle de la Villette, 19e. www.villette.com. Tél. : 01 40 03 75 75.