Même s'il continue de grignoter son retard, Sarkozy reste battu

— 

Dimanche soir, Nicolas Sarkozy regrettera peut-être que l'entre-deux-tours n'ait pas duré un mois. Car le président sortant continue à grignoter son retard sur Hollande, toujours en tête, selon la dernière enquête CSA pour 20 Minutes, BFMTV et RMC. Au lendemain du débat, le socialiste recueille 53 % des intentions de vote (- 1 par rapport à la précédente vague, - 3 par rapport au 22 avril). Mesuré à 47 % (+ 1 et + 3), le président sortant est toujours donné battu. Ce resserrement est confirmé par d'autres études publiées depuis 24 heures.
« Il y a deux éléments qui obligent à relativiser. D'abord, le fait que François Bayrou vienne de déclarer qu'il voterait pour Hollande et ensuite le fait que les sondés perçoivent Hollande comme le “vainqueur” du débat. Ce sont deux éléments qui sont dévastateurs pour la dynamique de Sarkozy », précise Jérôme Sainte-Marie, de l'institut CSA. A mots couverts, les politiques, notamment socialistes, se mettent même à imaginer depuis jeudi matin une large victoire de Hollande. Sarkozy est en effet autant dominé que Royal l'était il y a cinq ans (résultat final : 53,06 %- 46,94 %). « Les reports de voix vont dans le bon sens pour lui, mais restent insuffisants », tranche Sainte-Marie. A l'issue d'une campagne d'entre-deux-tours où Sarkozy a multiplié les appels du pied aux électeurs du FN, le président sortant a réussi à reconquérir une partie de l'électorat de Marine Le Pen (57 % affirment vouloir voter pour lui), mais il n'arrive toujours pas à séduire les électeurs du MoDem. Seulement 38 % d'entre eux se reportent sur lui et 37 % affirment vouloir s'abstenir ou voter nul. Sans doute le prix de l'anti-sarkozysme, la clé de cette élection.M. GO.