c'était peut-être leur dernière à la maison...

jeremy goujon

— 

Corre (no8) et Grebennikov (en blanc) vont-ils quitter Rennes ?
Corre (no8) et Grebennikov (en blanc) vont-ils quitter Rennes ? —

Une rencontre de niveau européen, des spectateurs scandant le prénom de Jacky Sourget (speaker privé de micro sur insistance du coach sétois, Patrick Duflos), des décisions arbitrales contestées, et un happy end en faveur des Rennais. C'est peu dire si le début des playoffs a réservé son lot de sensations fortes, mardi soir, à la salle Colette-Besson. Victorieux au bout du suspense (3-2), après avoir sauvé plusieurs balles de match, les hommes de Boris Grebennikov se sont donnés le droit d'espérer, avant un week-end qui s'annonce brûlant dans l'Hérault (retour samedi à 19 h, belle éventuelle le lendemain à 17 h). « Je ne vais pas pleurer si on se fait éliminer », annonce le coach franco-kazakh, conscient de la force de frappe adverse, mais aussi du superbe exercice réalisé par son équipe.

Pas perdu d'avance
Pour ce qui était la der de la saison (?) à domicile, certains joueurs étaient plus émus que d'autres. A commencer par le deuxième passeur Raphaël Corre. « Je suis content d'être entré en jeu, car c'est peut-être mon ultime match ici. J'ai quelques touches en France. J'attends une proposition des dirigeants, mais comme je n'ai encore rien eu de leur part, je me pose des questions... »
A l'instar de son pote Jenia Grebennikov, courtisé lui à l'étranger (et qui, de toute façon, ne voudrait pas « trahir » le Rennes Volley 35, en signant pour un autre club de Ligue A), Corre pourrait donc quitter le navire, non sans avoir assumé au préalable ses responsabilités. « Je vais faire mon taf au maximum, jusqu'au bout. » S'ils ne partent pas favoris dans le Languedoc-Roussillon, les Bretons ont en effet une belle carte à jouer, maintenant que le premier objectif est rempli. « On devait absolument l'emporter, car gagner deux fois de suite là-bas aurait été impossible. Ils auront la pression chez eux. » Admiratif devant « l'investissement » et « la combativité » de Marien Moreau & co, Grebennikov senior serait presque confiant. « On commence à être bien physiquement. Réussir à être au top une deuxième fois dans la saison, ça peut être intéressant... » Cela servirait aussi à retarder quelques adieux.