Les Latinos sur grand écran

éric dourel

— 

« Whisky » de P. Stoll ouvre le bal.
« Whisky » de P. Stoll ouvre le bal. —

Inutile d'insister, c'est impossible. Comment détailler ici les 200 films sud-américains qui vont se succéder pendant presque dix jours, dans pas moins de quinze lieux de la ville ? Sans compter les rencontres avec les quelque 47 invités, les concerts, les expos, les centaines d'empanadas et de tapas… Autant mettre simplement l'eau à la bouche…

L'Uruguay à l'honneur
Déjà, pour sa vingt-quatrième édition, Les Rencontres des Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse changent de nom pour se dénommer désormais, Cinélatino. En revanche, la ligne éditoriale est toujours la même : mettre en lumière les productions audiovisuelles du continent sud-américain. Tout en privilégiant encore et toujours le Cinéma d'Art et d'Essai qui a du mal à franchir les portes de l'Europe. Cette année, une spéciale dédicace à la jeune génération de cinéastes uruguayens, qui n'en finit plus de créer des comédies décalées. Et un coup de projecteur sur les dernières œuvres de Raul Ruiz, cinéaste chilien, mort durant l'été 2011.